Monsieur Bergeret, mon vieil ami, avait la mine sombre : « Je me sens comme tous les ans à la même époque, m’a-t-il expliqué, accablé quand, cédant à la tyrannie du commerce, on commence à célébrer Noël en novembre, et même avant, à grand renfort de trompettes publicitaires…