éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Usages-publics-de-l’histoire

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 20 septembre 2019

« Le grand remplacement ». Réflexions sur la fabrique de la haine

Son dernier livre, Le Venin dans la plume (qui vient de paraître aux éditions de La Découverte), ayant déjà fait l’objet de plusieurs comptes rendus qui, de l'avis de son auteur, en « donnent un aperçu fidèle des grandes lignes et des enjeux » – c’est le cas notamment de l’article écrit par Laurence de Cock et Mathilde Larrère pour Politis , Gérard Noiriel a trouvé plus utile d’expliquer la démarche qu'il a suivie pour aboutir à ses conclusions.

Lire la suite...

dimanche 28 avril 2019

Le totalitarisme

On ne saurait trop faire grief aux hommes politiques de l’emploi du mot « totalitarisme » à tort et à travers quand d’éminents experts en politologie le font pareillement…

Lire la suite...

samedi 13 avril 2019

Le communautarisme

« Le communautarisme, c’est les autres ! » On pourrait résumer à cette affirmation le sens de la dérive entre le terme de « communauté » et celui de « communautarisme ». Si la communauté est une notion fondamentale des sciences humaines, le mot « communautarisme » puise sa signification dans le contexte d’une recrudescence des usages de la « République » depuis la fin des années 1980.

Lire la suite...

lundi 1 avril 2019

A propos du « blackface » : politique, mémoire et histoire

« La guerre du “blackface” gagne la tragédie grecque », titrait Le Monde le 26 mars, évoquant le coup de force d’une cinquantaine de militants de la Ligue de défense noire africaine (LDNA), de la Brigade anti-négrophobie et du Conseil représentatif des associations noires (CRAN) ayant bloqué l’entrée de l’université pour protester contre un spectacle qu’ils jugeaient « racialiste ».

Lire la suite...

lundi 25 mars 2019

Pour une éducation au politique par l'École

« L'abstention, premier parti des 18-25 ans », tirait Le Monde en mars 2017. Une abstention qui aurait atteint un niveau historique chez les jeunes aux dernières législatives. Et pour Le Figaro d'avril 2017, « une nouvelle fois, les jeunes plébiscitent les extrêmes » – les 18/34 ans auraient voté à voire 30 % pour Jean-Luc Mélenchon et 25,7 % pour Marine Le Pen. Le vote Front national serait « celui qui rassemble le plus les jeunes » en 2017, et on se souvient qu'en 2015 un sondage donnait un votre massif des 18-30 ans pour le parti des Le Pen.

Lire la suite...

samedi 23 mars 2019

Victor Hugo et les « Misérables »

Pour le candidat UMP, Victor Hugo était d'abord, surtout celui de l’école primaire, celui de L’Art d’être grand-père, des valeurs les plus traditionnelles de la famille, de l’instruction patriotique et républicaine. La référence n’est située alors ni à droite ni à gauche, ni datée. Barrès n'a-il pas lui-même « avoué » avoir écrit Les Déracinés en pensant au modèle hugolien des Misérables ?...

Lire la suite...

lundi 18 mars 2019

« Mai 68, ils commémorent, on recommence »

On pouvait lire ce slogan sur les tee-shirts vendus par les étudiants qui occupaient l’université de Tolbiac au printemps 2018 ; des étudiants qui avaient poussé le clin d’œil à l’histoire jusqu’à proclamer leur mouvement « Commune libre de Tolbiac ».

Lire la suite...

mercredi 13 mars 2019

L'histoire n'est plus ce qu'elle était

Après la colonisation conçue comme un « partage de culture », la nostalgie du « récit national », une demande de pardon aux rois de France pour avoir violé leur sépulture entre autres projets de loi inlassablement déposés par l’ex-Front national et Les Républicains pour la reconnaissance du « génocide vendéen » ; Manuel Valls instrumentalisant la Marianne républicaine contre les femmes voilées en plein « été du Burkini » (2016) ; voilà que, pour le président Emmanuel Macron, « Versailles, c’est là où la République s’était retranchée quand elle était menacée »… La vision qu’on se fait à droite de l’histoire est décidément assez inquiétante.

Lire la suite...

mercredi 6 mars 2019

Le mépris de classe (II) La question de l’intentionnalité

Dans mon précédent blog, j’ai cité les propos que Gaspard Gantzer a tenus, après la manifestation des « gilets jaunes », sur la chaîne C-News, le 19 février : « Je suis sûr que si on faisait des tests de QI à l’entrée des manifestations, il n’y aurait pas grand monde ! »

Lire la suite...

lundi 4 mars 2019

Le mépris de classe des années 1930 à nos jours

Le mouvement des « gilets jaunes » a permis de faire resurgir, dans l’espace public, la question du mépris de classe.

Lire la suite...

- page 1 de 5