éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 25 juin 2019

Shakespeare in blog (IV) Mensonges et récits de seconde main

Discutant de l’exposition par Pascal Poyet de sa traduction des Sonnets de Shakespeare avec un traducteur, mon interlocuteur se dit « frappé que soient mises en avant d’autres priorités que le sens – comme lorsque nous sommes sommés de ne pas comprendre tout de suite et plutôt de nous demander, non pas ce que l’auteur a voulu dire, mais ce qui est écrit. Pourquoi ces détours pour finalement admettre (évidemment) la primauté du sens et de la compréhension ? Il arrive souvent aux traducteurs de construire un labyrinthe de miroirs (de réflexions) pour trouver une issue… qui est parfois de l’autre côté de la porte. Après tout, les traductions ne sont que les approximations aussi précises que possible d’une subjectivité (un imaginaire) qui reconstruit dans une autre langue l’espace commun de l’auteur. »

Lire la suite...

vendredi 21 juin 2019

Le premier mot à dire pour gagner sa liberté

C'est désormais une cause entendue : Philip K. Dick est un des plus grands écrivains de science-fiction du XXe siècle et très certainement un des faiseurs de monde les plus impressionnants qui soient. Enfin, faiseur de monde… Il serait plus exact de dire « défaiseur ».

Lire la suite...

jeudi 20 juin 2019

Les vices de la liberté académique

On peut être bête, confus, lâche, vaniteux ou bavard sans y être pour grand-chose. Mais quand on est prétentieux, arrogant, sot, malhonnête intellectuellement, snob ou esprit faux, c’est en grande partie de notre fait.

Lire la suite...

mercredi 19 juin 2019

« Ce n’est pas moi qui ai abandonné mon parti, c’est mon parti qui m’a abandonné » (II) Comment les démocrates ont changé d’électorat

À compter des années 1980, l’évolution droitière du parti démocrate n’a plus seulement des explications sociales (la rupture avec le monde du travail) ou idéologiques (la volonté de capter à son profit le vent montant de l’ethos individualiste). Alors que les campagnes électorales deviennent de plus en plus coûteuses, l’argent pèse de la manière la plus directe qui soit, celle de la corruption institutionnalisée…

Lire la suite...

mardi 18 juin 2019

Famille, féminisme et nouvelle droite

À la fin des années 1970 aux États-Unis, on assiste à une montée de la nouvelle droite sur le thème de la « défense de la famille ». Des femmes au foyer, d'origine populaire, des travailleuses paupérisées deviennent la cible de ce lobbying au nom de la protection de la famille, du refus de l'avortement et du maintient des différences de genre. Devenues des activistes contre l'amendement pour l'égalité des droits hommes-femmes, elles font passer ces campagnes réactionnaires nées dans la rue aux bureaux de vote.

Lire la suite...

dimanche 16 juin 2019

Maurice Nadeau et l’édition (d’hier et d’aujourd’hui)

Le 16 juin 2013, centenaire plus deux ans, disparaissait Maurice Nadeau. Son itinéraire, son  combat pour la littérature témoignent des difficultés de toute démarche éditoriale qui refuse le port de l'uniforme. Et en témoignent avec un panache insolent. Collaboratrice de La Quinzaine littéraire, Évelyne Pieiller l'avait rencontré le 27 novembre 1981…

Lire la suite...

vendredi 14 juin 2019

On n’y peut rien !

Quelle édifiante et parfaite incarnation du monde capitaliste que ce Didier Lombard, polytechnicien, ingénieur des télécommunications, docteur en économie et ex-PDG d’ex-France Telecom qui, en 2009 avait été chargé de supprimer 22 000 postes de son entreprise fraîchement privatisée en se flattant de les faire passer « par la porte ou par la fenêtre »…

Lire la suite...

mercredi 12 juin 2019

« Ce n’est pas moi qui ai abandonné mon parti, c’est mon parti qui m’a abandonné » (I) Quand les démocrates étaient populistes

Le parti démocrate n’a pas toujours été le parti de la bourgeoisie libérale progressiste. Mais c'était avant qu’il ne tourne le dos à ses liens avec le mouvement syndical raffermis lors du New Deal, ce qui ancra son identité « de gauche », avant qu’il ne renonce au discours de classe qui le caractérisait pour relayer les préférences d'experts, artistes et intellectuels de plus en plus indifférents à la question sociale, avant qu’il ne sacrifie toute ambition égalitaire ne laissant plus aux petits blancs qui autrefois votaient pour lui que la nostalgie d’un passé détruit et l’espoir dans des mots d’ordre réactionnaires.

Lire la suite...

lundi 10 juin 2019

Marx, ennemi de la raison ?

Sous le titre « Pourquoi le débat scientifique est devenu impossible : le spectre de Karl Marx », La Tribune a fait paraître fin mai 2019, un étonnant article de Ferghane Azihari et Laurent Pahpy, analystes en politiques publiques à l’Institut de recherches économiques et fiscales. Leur idée centrale est la suivante : aujourd’hui, bon nombre de gens, à gauche et à l’extrême-gauche, réfutent l’idée même du débat scientifique en tranchant toute question par le camp que défendent, ou que sont supposés défendre, les thèses en présence…

Lire la suite...

vendredi 7 juin 2019

Racisme blanc en col bleu

À la fin des années 1960 aux États-Unis, le mépris que la gauche institutionnelle cache de moins en moins pour les « petits Blancs » tend déjà à les jeter dans les bras d’un démagogue, avant qu’ils ne soient poussés un peu plus à droite. C’est alors que le journaliste militant Andrew Kopkind enquête sur l’Amérique profonde, donnant la parole à ceux « qui souffrent et qui confondent ceux qui souffrent comme eux avec ceux qui les tourmentent ». Gouverneur de l’Alabama, transfuge du parti démocrate qui critique le poids du gouvernement fédéral, George Wallace stigmatise les Noirs, les étudiants et les opposants à la guerre du Vietnam. Si le succès de Wallace marque ses limites au niveau national lors de la campagne présidentielle de 1976, les effets de l'abandon par les démocrates de leur électorat traditionnel, la classe ouvrière blanche, a retrouvé avec Trump une certaine actualité.

Lire la suite...

- page 1 de 39