éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 11 novembre 2018

Marc Bloch

Avec Jules Michelet, Marc Bloch est l’historien qui a été le plus souvent cité par Nicolas Sarkozy pendant la campagne électorale. Né à Lyon en 1882, Marc Bloch est mort sous les balles allemandes, le 16 juin 1944, dans le maquis de l’Ain. Unanimement célébré aujourd’hui comme l’un des plus grands historiens français du XXe siècle, son esprit critique et son refus de l’académisme lui ont valu une réputation sulfureuse au sein de l’establishment des historiens bien-pensants de son époque…

Lire la suite...

samedi 10 novembre 2018

Et Hermann Broch alors

Vienne n'en finit pas d'être à la mode. On redécouvre, on réédite, on commente, c'est épatant. Somme toute, c'est à l'évidence sensiblement plus excitant que les autres ferveurs qu'on nous propose régulièrement…

Lire la suite...

mercredi 7 novembre 2018

Le président Jair Bolsonaro contre le pédagogue Paulo Freire

Le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro vient d’être élu au Brésil. Il a annoncé son objectif éducatif : extirper des écoles la philosophie de Paulo Freire, un symbole insupportable aux régimes autoritaires.

Lire la suite...

lundi 5 novembre 2018

Sommes-nous dans les années 1930 ?

Emmanuel Macron ayant affirmé, dans sa petite phrase du jour, qu’il était « frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres », aussitôt les « décrypteurs » d’actualité ont ressorti leur manuel d’histoire pour noter la copie présidentielle. Mais la quasi totalité d’entre eux en sont restés à des considérations purement événementielles (centrées sur une comparaison des relations internationales entre les années 1930 et aujourd’hui). Ces réflexions superficielles ont permis à Zemmour et consort de dénoncer la « dramatisation » de la situation actuelle pour défendre les dirigeants d’extrême droite ayant conquis récemment le pouvoir. Hashtag « Salvini n’est pas Mussolini. Orban n’est pas Hitler. »

Lire la suite...

dimanche 4 novembre 2018

Maurice Barrès

Né en 1862, mort en 1923, l’écrivain Maurice Barrès a été aussi journaliste, député et sénateur. Après avoir fréquenté l’extrême gauche dans sa jeunesse, il devient l’un des chefs de file du camp antidreyfusard à partir de 1898, ce qui lui vaudra d’être accueilli par l’Académie française en 1907. Adepte du « culte du moi », Barrès a élaboré une « doctrine » nationaliste, largement diffusée dans le grand public, grâce à ses articles de presse, ses discours politiques et ses romans.

Lire la suite...

samedi 3 novembre 2018

L'acte fondateur

Restons simple : il ne s'agit ici en aucun cas de présenter une vue, même cavalière, de la littéra­ture de Vienne et alentours des an­nées 1880 à 1938. Ce serait outre­cuidant. On ne peut guère que donner quelques repères, et au mieux susciter l'envie de lire quelques-unes de ces œuvres, puisqu'il semble, par les temps qui vont, qu'on ait quelque peu ten­dance à remplacer l'expérience di­recte de la découverte des textes par leur exégèse…

Lire la suite...

jeudi 1 novembre 2018

Ascenseur en panne

En ce lundi 3 septembre 2018, les radios et les télés, comme il est de règle dans un monde de l’information dont l’actualité quotidienne est dictée par l’agenda institutionnel, ne bruissaient que des échos de la rentrée scolaire, reproduisant invariablement les mêmes « éléments de langage » au sujet du dédoublement des classes élémentaires et autres géniales innovations…

Lire la suite...

mercredi 31 octobre 2018

La critique historique de salubrité publique. 1- Quand Pierre Vidal-Naquet corrigeait Bernard-Henri Lévy

Alors que Bernard-Henri Lévy était en train de construire « BHL » sous la marque « nouveau philosophe » avec le soutien immodéré et inconsidéré de la presse de magazine, la promotion de son deuxième livre, au printemps 1979, faisait déjà la démonstration d'une double imposture, celle d'un personnage et celle de la critique « littéraire » qui a permis son existence publique. Ne faisant que son métier, l'historien Pierre Vidal-Naquet écrit alors à la rédaction du « Nouvel Observateur » une lettre qu'en tout autre lieu et tout autre temps on aurait pu espérer définitive.

Lire la suite...

dimanche 28 octobre 2018

L'affaire Dreyfus

Dans la préface des Preuves (1898), Jean Jaurès écrivait, à propos de la révision du procès d’Alfred Dreyfus : « Dans le terrain que doit fouiller la Cour de cassation, il n’y a pas un seul fragment de vérité qui ne soit recouvert d’un mensonge judiciaire. La Cour de cassation aura-t-elle le courage de briser ces mensonges légaux pour chercher la vérité ? Pourra-t-elle concilier la fonction légale qui lui est assignée par le Code avec la fonction quasi révolutionnaire que lui assignent les événements ? »

Lire la suite...

samedi 27 octobre 2018

Le bonheur du récit

Jérôme Charyn n'écrit pas pour les gens sérieux. Il écrit pour tous ceux qui écoutent encore en eux l'enfant qui pleure sans bien savoir pour­quoi ; pour tous ceux qui aiment les innocents, les doux dingues, qui raffo­lent des moments perdus et des idées déraisonnables. Il écrit pour les rava­gés de Dostoïevski, les fans de Lewis Carroll, les amoureux de Jerry Lewis ­sans exclure les adeptes du roman­ feuilleton, populaire et d'aventure.

Lire la suite...

- page 1 de 25