éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 18 juillet 2019

Un été en prison (III) Clairefontaine

De retour aux Baumettes (Marseille) après une hospitalisation d'urgence, JMarc Rouillan retrouve, avec le béton et les grilles, la rumeur et le manque de tout vrai silence. Récit de la détention de masse et de la prison ordinaire à flux tendu en ce début de deuxième millénaire…

Lire la suite...

lundi 15 juillet 2019

Aventures (III) Tribulations d’un Anglais en Chine

Vers 1850, Robert Fortune, botaniste anglais quelque peu porté sur l’aventure, entreprend de rapporter des plants de thé noir de Chine…

Lire la suite...

vendredi 12 juillet 2019

Un été en prison (II) Mon ami Chester Erdheim

Ce n’est qu'une fois le quotidien de JMarc Rouillan redevenu carcéral à plein temps que l’écrivain est revenu habiter le détenu. Cette réincarcération (aux Baumettes, Marseille) n’a toutefois pas été aussitôt suivie par le retour pavlovien de l’écriture. Ce retout fut perturbé par une hospitalisation d’urgence qui allait déboucher sur le diagnostic d’une histiocytose rare, dite maladie de Chester-Erdheim…

Lire la suite...

mercredi 10 juillet 2019

Les paumés

Si l’on en croit les gazettes, Nicolas Hulot aurait déclaré en mai dernier : « Pour dire les choses le plus sincèrement possible, on est tous un peu paumés. » Forte et lumineuse pensée que voilà, mais dont la justesse et la généralité ne sauraient aller sans questionnement…

Lire la suite...

lundi 8 juillet 2019

Aventures (II) L’explorateur n’est plus ce qu’il était

On peut se demander si aujourd’hui les enfants habitués aux jeux électroniques et aux dessins animés japonais rêvent encore, comme les gamins d’autrefois, d’être des explorateurs… Sur les cartes du monde, il y avait encore de grands endroits blancs, marqués « terres vierges ».

Lire la suite...

vendredi 5 juillet 2019

Un été en prison (I) Le temps de la scintigraphie

Chez le « militant politique professionnel » qu’est JMarc Rouillan, l'écriture est indissociablement liée à l'expérience carcérale. Indissociable de la poursuite du combat politique par d'autres moyens – ainsi le premier livre, Dix ans d'Action directe, (écrit en prison au milieu des années 1990) est-il qualifié par l’auteur d’« acte de résistance contre l’effacement de nos mémoires ». Indissociable également de la lutte pour la survie : l'écriture est un antidote aux dégâts de la détention en longue peine. Écrite alors que l'auteur est de retour en prison (où il passera deux ans pour avoir donné à la presse un entretien), cette série de six textes que nous rééditons cet été est exemplaire de ce processus.

Lire la suite...

mercredi 3 juillet 2019

Les chemins d’une victoire pour la gauche (II) La meilleure arme contre la dépolitisation, c’est une dynamique de lutte collective

Une partie significative de la nouvelle génération militante, soucieuse d’horizontalité libertaire et méfiante à l’endroit des structures syndicales et partidaires, souscrit à la « démultiplication des causes de lutte et des terrains de mobilisation ». Comment Serge Halimi appréhende-t-il ces « nouvelles radicalités » qu’on retrouve à Nuit debout, à Tolbiac, sur les ZAD, à Tarnac ou dans les cortèges « autonomes » ?

Lire la suite...

mardi 2 juillet 2019

Aventures (I) Le paradis de l’innocence

Depuis la fin de l'été 2018, nous rééditons un choix de chroniques qu'Évelyne Pieiller a consacrées à l'actualité culturelle (musique et littérature surtout) de 1981 à 1995, parues dans l’hebdomadaire du Parti communiste français, Révolution. Pour guider nos choix, au filtre qu'impose l'épreuve du temps, nous avons ajouté le tri de ce qui semble mettre en pratique une définition de la culture populaire croisant différentes acceptions du terme : qui s'adresse au plus grand nombre sans manquer d'exigence, et qui ne vient pas forcément du peuple ni ne fournit à la bourgeoisie une version du peuple sur mesure. La série « Aventures », que nous donnons cet été, est parue un autre été, il y a vingt-cinq ans, et continue cette exploration autant qu'expérimentation de l’âme de la littérature populaire.

Lire la suite...

vendredi 28 juin 2019

Les chemins d’une victoire pour la gauche (I) Rien sans le bloc social populaire au centre de sa stratégie

Dans son livre sur les expériences de la gauche française au pouvoir (1924, 1936, 1947, 1981), Serge Halimi analyse l’étonnante facilité des socialistes à produire des soldats zélés du marché : comment expliquer cet apparent grand écart ?

Lire la suite...

mercredi 26 juin 2019

Célestin Freinet et Paulo Freire : des pédagogies de transformation sociale

Les pédagogies critiques participent d’un projet de remise en cause des diverses dominations et en particulier de l’organisation sociale en régime capitaliste. Deux de leurs fondateurs, Célestin Freinet (en France) et Paulo Freire (au Brésil), ont développé une éducation au service des classes les plus pauvres, qui prend notamment en considération l’expérience sociale des élèves. Fondée sur une condamnation de l’éducation officielle instaurée par (et pour) les classes dirigeantes et sur l’expérimentation de la participation politique, ces pédagogies font de l’école un lieu d’apprentissage de la démocratie. Passant par une compréhension critique de la société et des origines des inégalités sociales, ces pédagogies sont, en cela, porteuses d’espoir pour les opprimés : parce qu’elles laissent entrevoir la possibilité d’une transformation sociale radicale.

Lire la suite...

- page 1 de 40