éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Luttes-politiques

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 3 juillet 2019

Les chemins d’une victoire pour la gauche (II) La meilleure arme contre la dépolitisation, c’est une dynamique de lutte collective

Une partie significative de la nouvelle génération militante, soucieuse d’horizontalité libertaire et méfiante à l’endroit des structures syndicales et partidaires, souscrit à la « démultiplication des causes de lutte et des terrains de mobilisation ». Comment Serge Halimi appréhende-t-il ces « nouvelles radicalités » qu’on retrouve à Nuit debout, à Tolbiac, sur les ZAD, à Tarnac ou dans les cortèges « autonomes » ?

Lire la suite...

jeudi 7 mars 2019

La cruche brisée

Comme mon ami Bergeret ne cessait de grommeler dans sa barbe, je lui ai demandé la raison de son irritation. « Comment voulez-vous garder votre calme quand vous entendez débiter de telles âneries à longueur d’émission ? », m’a-t-il répondu en désignant son ordinateur sur l’écran duquel on voyait l’intérieur d’un studio d’information. Des journalistes et leurs invités y étaient en train de « décrypter » l’actualité ou plutôt de l’accommoder à leur façon.

Lire la suite...

vendredi 4 janvier 2019

Les « gilets jaunes » et la question démocratique

Le mouvement des Gilets jaunes ne cesse d’embarrasser le pouvoir, ses défenseurs et ses interprètes médiatiques privilégiés. Porté par des personnes entrées par effraction dans l’espace public, il met sur le devant de la scène des questions gênantes. Non pas qu’elles soient nouvelles, mais les gouvernants en ont perdu depuis longtemps les réponses. Ou plutôt, les institutions par lesquelles ils gouvernent se sont largement fondées sur le refoulement de ces questions, leur oubli.

Lire la suite...

lundi 10 décembre 2018

Les « gilets jaunes », l’économie morale et le pouvoir

Difficile de ne pas être saisi par le mouvement en cours. Tout y est déconcertant. Ses acteurs et actrices, ses modes d’action, ses revendications. Certaines de nos croyances les mieux établies sont mises en cause, notamment celles qui tiennent aux conditions de possibilité et de félicité des mouvements sociaux. D’où sinon la nécessité, du moins l’envie, de mettre à plat quelques réflexions issues de la libre comparaison entre ce que l’on peut voir du mouvement et des connaissances portant sur de tout autres sujets. Espérons que l’éclairage indirect que donne la confrontation à d’autres terrains pourra dire quelque chose de différent sur ce qui a lieu.

Lire la suite...

vendredi 12 octobre 2018

Au fil des défilés, les dangers du comptage

Depuis son apparition à la fin du XIXe siècle, la lutte s’exerce autour du nombre de manifestants. Mais un mouvement social ne se résume pas à la taille du cortège… 

Lire la suite...

lundi 26 mars 2012

Au nom des ouvriers

Quelle représentation politique des classes populaires ?

On pourrait se réjouir du retour, le temps d’une campagne électorale, des ouvriers sur le devant de la scène médiatique. Mais, en réalité, les ouvriers sont parlés : eux, ils ne parlent guère. La scène politique s’est rétractée autour des classes dominantes. Et les conditions du jeu politique font que les classes populaires sont en quelques sortes dépossédées des moyens de représenter et défendre leurs intérêts sociaux.

Lire la suite...

jeudi 23 février 2012

Pourquoi les éditions Agone publient Jean-Marc Rouillan

Les éditions Agone ne font pas paraître les livres de Jean-Marc Rouillan en défense de ses prises de positions politiques passées mais « pour leur importance dans un débat public digne de ce nom ». Depuis le 19 mai 2011, après 23 ans de prison, Jean-Marc Rouillan est soumis au régime de liberté sous surveillance électronique. Une mesure assortie d'une interdiction arbitraire, même dans sa situation : celle de s’exprimer en public et dans les médias. C’est dans ces conditions que le troisième tome de De mémoire, consacré à sa participation aux Groupes d’actions révolutionnaires internationaliste (Gari), à Toulouse, est sorti au mois d’octobre 2011.

Lire la suite...

vendredi 25 novembre 2011

Indignation moyenne

Qui sont les « Indignés » ? que veulent-ils ? où projettent-ils d’aller ? par quelles voies ? À ces questions, la multiplicité des composantes sociologiques, la diversité des motivations et l’hétérogénéité des revendications empêchent les observateurs d’apporter des réponses claires.

Lire la suite...

mercredi 13 juillet 2011

La gauche et la révolution

La ligne de partage gauche-droite traverse toute l’histoire politique contemporaine, tout particulièrement en France, où elle trouve son point de départ dans la séparation quasi spontanée qui s’est opérée le 28 août 1789, à Paris, dans les travées de la salle du Manège, entre les députés de l’Assemblée constituante partisans d’une monarchie constitutionnelle avec droit de veto royal, qui sont allés s’asseoir ensemble à la droite du président de séance, et les députés favorables à la poursuite de la Révolution et à la rupture avec l’Ancien Régime, qui se sont regroupés à sa gauche. Le rappel de cet acte de naissance marqué par la manifestation d’un antagonisme d’emblée irréductible, n’est pas indifférent, nous allons le voir, pour la compréhension de ce qui se passe aujourd’hui encore dans notre champ politique.

Lire la suite...

mardi 3 mai 2011

Faux passeport

L’habitude s’est installée, en particulier chez les politiques, de déclarer solennellement, en manière d’hommage à une population qui vient de vivre douloureusement des moments d’histoire, qu’on s’identifie totalement à elle. Depuis le fameux « Ich Bin Ein Berliner » de J.F. Kennedy en visite à Berlin en 1963, on a entendu revendiquer fièrement, en diverses langues, l’appartenance à de nombreuses communautés étrangères. C’est ainsi que, dans la période la plus récente, on a pu entendre à satiété l’affirmation que nous étions « tous des Tunisiens » et « tous des Égyptiens ».

Lire la suite...

- page 1 de 2