Né en 1862, mort en 1923, l’écrivain Maurice Barrès a été aussi journaliste, député et sénateur. Après avoir fréquenté l’extrême gauche dans sa jeunesse, il devient l’un des chefs de file du camp antidreyfusard à partir de 1898, ce qui lui vaudra d’être accueilli par l’Académie française en 1907. Adepte du « culte du moi », Barrès a élaboré une « doctrine » nationaliste, largement diffusée dans le grand public, grâce à ses articles de presse, ses discours politiques et ses romans.