éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 19 novembre 2018

Pourquoi se rendre étranger à soi-même

En écrivant une histoire « populaire » de la France, mon but était aussi de toucher un public dépassant le petit cercle des spécialistes et des amateurs d’histoire. C’est ce qui explique mes choix d’écriture (privilégier la forme du récit, renoncer aux notes de bas de page, etc.). La simplicité de l’écriture n’interdit nullement, néanmoins, de présenter aux lecteurs des problèmes complexes…

Lire la suite...

dimanche 18 novembre 2018

Guy Môquet

Fusillé le 22 octobre 1941 à Châteaubriant par les Allemands, Guy Môquet est entré dans le panthéon de Nicolas Sarkozy à l’université d’été des Jeunes populaires {Marseille, 03.09.06}. Escamotant l’engagement communiste du plus jeune des vingt-sept otages exécutés, il se sentira obligé de compléter sa biographie après les protestations d’une partie de la gauche. Nicolas Sarkozy évoque ainsi pour la première fois au Zénith de Paris, devant la « jeunesse » {17.03.07}, le fait que son nouveau héros était communiste et revient sur ce point à Villebon-sur-Yvette {20.03.07} et Tours {10.04.07} : « J’accorde à l’amour de la patrie plus de valeur qu’au patriotisme de parti. »

Lire la suite...

dimanche 11 novembre 2018

Marc Bloch

Avec Jules Michelet, Marc Bloch est l’historien qui a été le plus souvent cité par Nicolas Sarkozy pendant la campagne électorale. Né à Lyon en 1882, Marc Bloch est mort sous les balles allemandes, le 16 juin 1944, dans le maquis de l’Ain. Unanimement célébré aujourd’hui comme l’un des plus grands historiens français du XXe siècle, son esprit critique et son refus de l’académisme lui ont valu une réputation sulfureuse au sein de l’establishment des historiens bien-pensants de son époque…

Lire la suite...

mercredi 7 novembre 2018

Le président Jair Bolsonaro contre le pédagogue Paulo Freire

Le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro vient d’être élu au Brésil. Il a annoncé son objectif éducatif : extirper des écoles la philosophie de Paulo Freire, un symbole insupportable aux régimes autoritaires.

Lire la suite...

lundi 5 novembre 2018

Sommes-nous dans les années 1930 ?

Emmanuel Macron ayant affirmé, dans sa petite phrase du jour, qu’il était « frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres », aussitôt les « décrypteurs » d’actualité ont ressorti leur manuel d’histoire pour noter la copie présidentielle. Mais la quasi totalité d’entre eux en sont restés à des considérations purement événementielles (centrées sur une comparaison des relations internationales entre les années 1930 et aujourd’hui). Ces réflexions superficielles ont permis à Zemmour et consort de dénoncer la « dramatisation » de la situation actuelle pour défendre les dirigeants d’extrême droite ayant conquis récemment le pouvoir. Hashtag « Salvini n’est pas Mussolini. Orban n’est pas Hitler. »

Lire la suite...

dimanche 4 novembre 2018

Maurice Barrès

Né en 1862, mort en 1923, l’écrivain Maurice Barrès a été aussi journaliste, député et sénateur. Après avoir fréquenté l’extrême gauche dans sa jeunesse, il devient l’un des chefs de file du camp antidreyfusard à partir de 1898, ce qui lui vaudra d’être accueilli par l’Académie française en 1907. Adepte du « culte du moi », Barrès a élaboré une « doctrine » nationaliste, largement diffusée dans le grand public, grâce à ses articles de presse, ses discours politiques et ses romans.

Lire la suite...

mercredi 31 octobre 2018

La critique historique de salubrité publique. 1- Quand Pierre Vidal-Naquet corrigeait Bernard-Henri Lévy

Alors que Bernard-Henri Lévy était en train de construire « BHL » sous la marque « nouveau philosophe » avec le soutien immodéré et inconsidéré de la presse de magazine, la promotion de son deuxième livre, au printemps 1979, faisait déjà la démonstration d'une double imposture, celle d'un personnage et celle de la critique « littéraire » qui a permis son existence publique. Ne faisant que son métier, l'historien Pierre Vidal-Naquet écrit alors à la rédaction du « Nouvel Observateur » une lettre qu'en tout autre lieu et tout autre temps on aurait pu espérer définitive.

Lire la suite...

Éric Zemmour tente de discréditer les historiens de métier

Dans un article publié par Le Figaro le 14 novembre 2013, Éric Zemmour écrivait : « L’Histoire – arrachée de gré ou de force aux historiens professionnels – est en train de (re)devenir l’arme politique qu’elle fut à la veille de la Révolution, et plus encore au XIXe siècle, lorsque les grands historiens comme Michelet préparèrent les esprits à l’avènement de la République. »

Lire la suite...

mardi 30 octobre 2018

Réflexions sur la « gauche identitaire »

Dans l’introduction de mon livre sur l’Histoire populaire de la France, j’ai affirmé que « le projet d’écrire une histoire populaire du point de vue des vaincus a été accaparé par des porte-parole des minorités […] qui ont contribué à marginaliser l’histoire des classes populaires »…

Lire la suite...

dimanche 28 octobre 2018

L'affaire Dreyfus

Dans la préface des Preuves (1898), Jean Jaurès écrivait, à propos de la révision du procès d’Alfred Dreyfus : « Dans le terrain que doit fouiller la Cour de cassation, il n’y a pas un seul fragment de vérité qui ne soit recouvert d’un mensonge judiciaire. La Cour de cassation aura-t-elle le courage de briser ces mensonges légaux pour chercher la vérité ? Pourra-t-elle concilier la fonction légale qui lui est assignée par le Code avec la fonction quasi révolutionnaire que lui assignent les événements ? »

Lire la suite...

- page 1 de 6