éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 19 juin 2019

« Ce n’est pas moi qui ai abandonné mon parti, c’est mon parti qui m’a abandonné » (II) Comment les démocrates ont changé d’électorat

À compter des années 1980, l’évolution droitière du parti démocrate n’a plus seulement des explications sociales (la rupture avec le monde du travail) ou idéologiques (la volonté de capter à son profit le vent montant de l’ethos individualiste). Alors que les campagnes électorales deviennent de plus en plus coûteuses, l’argent pèse de la manière la plus directe qui soit, celle de la corruption institutionnalisée…

Lire la suite...

mardi 18 juin 2019

Famille, féminisme et nouvelle droite

À la fin des années 1970 aux États-Unis, on assiste à une montée de la nouvelle droite sur le thème de la « défense de la famille ». Des femmes au foyer, d'origine populaire, des travailleuses paupérisées deviennent la cible de ce lobbying au nom de la protection de la famille, du refus de l'avortement et du maintient des différences de genre. Devenues des activistes contre l'amendement pour l'égalité des droits hommes-femmes, elles font passer ces campagnes réactionnaires nées dans la rue aux bureaux de vote.

Lire la suite...

mercredi 12 juin 2019

« Ce n’est pas moi qui ai abandonné mon parti, c’est mon parti qui m’a abandonné » (I) Quand les démocrates étaient populistes

Le parti démocrate n’a pas toujours été le parti de la bourgeoisie libérale progressiste. Mais c'était avant qu’il ne tourne le dos à ses liens avec le mouvement syndical raffermis lors du New Deal, ce qui ancra son identité « de gauche », avant qu’il ne renonce au discours de classe qui le caractérisait pour relayer les préférences d'experts, artistes et intellectuels de plus en plus indifférents à la question sociale, avant qu’il ne sacrifie toute ambition égalitaire ne laissant plus aux petits blancs qui autrefois votaient pour lui que la nostalgie d’un passé détruit et l’espoir dans des mots d’ordre réactionnaires.

Lire la suite...

vendredi 7 juin 2019

Racisme blanc en col bleu

À la fin des années 1960 aux États-Unis, le mépris que la gauche institutionnelle cache de moins en moins pour les « petits Blancs » tend déjà à les jeter dans les bras d’un démagogue, avant qu’ils ne soient poussés un peu plus à droite. C’est alors que le journaliste militant Andrew Kopkind enquête sur l’Amérique profonde, donnant la parole à ceux « qui souffrent et qui confondent ceux qui souffrent comme eux avec ceux qui les tourmentent ». Gouverneur de l’Alabama, transfuge du parti démocrate qui critique le poids du gouvernement fédéral, George Wallace stigmatise les Noirs, les étudiants et les opposants à la guerre du Vietnam. Si le succès de Wallace marque ses limites au niveau national lors de la campagne présidentielle de 1976, les effets de l'abandon par les démocrates de leur électorat traditionnel, la classe ouvrière blanche, a retrouvé avec Trump une certaine actualité.

Lire la suite...

lundi 3 juin 2019

« Tout le pouvoir aux soviets ! » La tactique bolchévique

Battant en brèche les images d’Épinal sur les conseils ouvriers, l'ouvrage d'Oskar Anweiler revient sur cet élément fondamental de la révolution russe. Autant récit chronologique qu'étude analytique, ce livre a ouvert la voie à tout un courant de recherches sur les mécanismes sociaux et institutionnels de la révolution russe. Surtout, alors que le capitalisme dévore jusqu’à la possibilité d’imaginer son renversement, il mène une vraie réflexion politique sur le destin des soviets et reste à ce titre une source d’enseignements pour celles et ceux qui n’ont pas renoncé à l’idée d’un pouvoir populaire.

Lire la suite...

lundi 13 mai 2019

Les essais et les erreurs de la gauche

Alors que la gauche de gouvernement traverse la crise la plus importante de son histoire, de ses décombres émergent péniblement de nouvelles forces politiques. Comment peuvent-elles éviter le même destin ?  Un entretien entre Serge Halimi et Daniel Zamora…

Lire la suite...

jeudi 9 mai 2019

À quoi sert l’enseignement de l’histoire

Dans son Apologie pour l’histoire et le métier d’historien, March Bloch écrivait qu’il n’imaginait pas « de plus belle louange que de savoir parler, du même ton, aux doctes et aux écoliers ». Quelle réponse donneriez-vous aujourd’hui, Laurence De Cock, à un élève qui, en CM1, découvre les Celtes, les Gaulois, les Grecs, les Romains et se demande à quoi sert l’enseignement de l’histoire ?

Lire la suite...

lundi 6 mai 2019

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Deux ans après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence, une partie des médias dominants déchantent, plus ou moins ouvertement. Mais aucun ne rappelle qu'en 2017 chacun joua son rôle dans la partition du véritable panégyrique déversé sur le corps électoral. Y compris Mediapart, où Macron avait « commencé un peu [sa] campagne » et où il avait donné son dernier entretien, dans les dernières heures qui précédent officiellement la clôture.

Lire la suite...

vendredi 3 mai 2019

Longwy, images des ouvriers des usines du fer

Un siècle d’histoire industrielle et de luttes ouvrières.

Lire la suite...

mercredi 1 mai 2019

Qu'est-ce qu'une révolution ? Il y a 45 ans, le Portugal se couvrait d'œillets

La publication du livre de Raquel Varela, Un peuple en révolution. Portugal, 1974-1975, est l'occasion de revenir sur une curieuse conception de la révolution qui s'est imposée au point de devenir dominante depuis plusieurs années…
  

Lire la suite...

- page 1 de 12