éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 24 avril 2019

« Amianto », une iconographie ouvrière

Avec les photos tirées de son livre Amianto, Alberto Prunetti nous plonge dans sa propre enfance et dans la vie de son père, Renato, ouvrier soudeur dans des raffineries et des aciéries italiennes.

Lire la suite...

mardi 23 avril 2019

Ce que les gitans font aux gens en vue (II) Le président Macron

« Comment les Gitans parlent-ils ? » La question se pose depuis que le président de la République française a donné au Point un entretien où il exprime son avis sur ce sujet.

Lire la suite...

lundi 22 avril 2019

Immigrés et prolétaires. Longwy, terre de luttes (I)

Le grand conflit social de 1905 marque une rupture dans l'histoire industrielle et sociale de la Lorraine sidérirgique. Face aux patrons qui veulent imposer un contrôle total sur le travail au quotidien, les ouvriers divisés défendent leurs traditions d'autonomie. Leur défaite ouvre l'ère de la grande usine et de l'immigration de masse. Elle représente le moment fondateur d'une longue confrontation qui débouchera, après 1945, sur la formation d'un bastion ouvrier sûr de sa force et ses positions. Avant qu'un autre violent conflit vienne marquer sa chute au tournant des années 1970 et 1980.

Lire la suite...

jeudi 18 avril 2019

En mémoire de la « République populaire de Longwy »

On commémore en ce moment dans le bassin de Longwy, le quarantième anniversaire du puissant mouvement social qui a transformé pendant plusieurs mois cette région en une « République populaire de Longwy » comme le signalait Le Monde du 23 mars 1979. Jeune enseignant dans un collège de cette ville, j’ai moi-même participé à cette lutte collective. À l’heure où les médias dominants ne cessent de dénoncer la « violence » des gilets jaunes, je voudrais rappeler ce qu’était la lutte des classes quand le mouvement ouvrier n’avait pas encore été démantelé par le capitalisme financier mondialisé.

Lire la suite...

mercredi 17 avril 2019

Ce que les gitans font aux gens en vue (I) Les « gilets jaunes »

Pour la première fois peut-être en France, les tsiganes, voyageurs et forains se sont sentis en accord avec un mouvement social de grande ampleur. Et loin d’avoir attrapé le train en marche après l'affrontement de Christophe Dettinger avec une escouade de policiers, le monde du voyage, non pas une élite militante mais une grande partie des réseaux familiaux qui le constitue, a contribué dès sa naissance à l'ampleur du mouvement les « gilets jaunes ».

Lire la suite...

samedi 13 avril 2019

Le communautarisme

« Le communautarisme, c’est les autres ! » On pourrait résumer à cette affirmation le sens de la dérive entre le terme de « communauté » et celui de « communautarisme ». Si la communauté est une notion fondamentale des sciences humaines, le mot « communautarisme » puise sa signification dans le contexte d’une recrudescence des usages de la « République » depuis la fin des années 1980.

Lire la suite...

mercredi 10 avril 2019

De l'homme à tout faire à l’ouvrier de masse

Dans Amianto, Alberto Prunetti raconte l’histoire de Renato, né en 1945 à Livourne, et ouvrier dans les raffineries et les aciéries italiennes. En contrepoint du portrait de son père, l’auteur raconte l'histoire de la Toscane ouvrière.

Lire la suite...

lundi 1 avril 2019

A propos du « blackface » : politique, mémoire et histoire

« La guerre du “blackface” gagne la tragédie grecque », titrait Le Monde le 26 mars, évoquant le coup de force d’une cinquantaine de militants de la Ligue de défense noire africaine (LDNA), de la Brigade anti-négrophobie et du Conseil représentatif des associations noires (CRAN) ayant bloqué l’entrée de l’université pour protester contre un spectacle qu’ils jugeaient « racialiste ».

Lire la suite...

La ville entre utopie et cauchemar : Le Corbusier et ses héritages

Pour Olivier Barancy, aucun autre « grand » architecte du XXe siècle n'a autant préparé la « misère de l’espace moderne » que Le Corbusier. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Lire la suite...

lundi 25 mars 2019

Pour une éducation au politique par l'École

« L'abstention, premier parti des 18-25 ans », tirait Le Monde en mars 2017. Une abstention qui aurait atteint un niveau historique chez les jeunes aux dernières législatives. Et pour Le Figaro d'avril 2017, « une nouvelle fois, les jeunes plébiscitent les extrêmes » – les 18/34 ans auraient voté à voire 30 % pour Jean-Luc Mélenchon et 25,7 % pour Marine Le Pen. Le vote Front national serait « celui qui rassemble le plus les jeunes » en 2017, et on se souvient qu'en 2015 un sondage donnait un votre massif des 18-30 ans pour le parti des Le Pen.

Lire la suite...

- page 1 de 11