Il ne m’appartient pas d’établir si Jérôme Kerviel, l’opérateur de la Société Générale qui a reconnu avoir hasardé quelques milliards d’euros de sa banque dans des spéculations calamiteuses, a agi de sa propre initiative ou en service commandé (les deux démarches ne s’excluant d’ailleurs pas nécessairement).