éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 juin 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XII) Du capitalisme à son dehors

Paru au début de l’année 1913, L’Accumulation du capital va déclencher dans les rangs de la social-démocratie allemande, puis européenne, une polémique due en grande partie à l’identité politique de l’auteure. Ce n’est que bien plus tard, lorsque seront apparues les conditions d’une réception pacifiée, que l’apport de l’ouvrage sera reconnu, même si Rosa Luxemburg est davantage célébrée pour ses intuitions que pour les élaborations techniques auxquelles elles donnent lieu. Les post-keynésiens reprendront ainsi la question des débouchés tandis qu’une certaine anthropologie marxiste française s’intéressera au problème de l’articulation des modes de production, entrevu par Luxemburg.

Lire la suite...

mardi 26 mai 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XII) La reproduction du capital social global

L’importance de l’ouvrage de L’Accumulation du capital tient en premier lieu à son ambition tout à fait singulière. En effet, Rosa Luxemburg corrige Marx en revenant sur le problème central de la « reproduction du capital social global » sous sa forme la plus générale : comment le capitalisme peut-il exister et se perpétuer ?

Lire la suite...

mercredi 13 mai 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XI) Contre le « socialisme de la chaire »

La Weltpolitik et le partage du monde trouvent leur reflet déformé au sein de la « science allemande », et notamment de l’économie politique, dont les penseurs sont de plus en plus préoccupés par les rapports entre capitalisme et nation.

Lire la suite...

jeudi 7 mai 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XI) Genèse de « L'Accumulation du capital »

Paru en 1913, L’Accumulation du capital est sans conteste l’œuvre centrale de Rosa Luxemburg. En effet, même si le livre diffère, par sa forme « scientifique », des textes d’intervention qui ont fait la réputation politique de Luxemburg, il représente en réalité la poursuite, sur un autre terrain, de la défense sans faille de la dimension révolutionnaire du marxisme à laquelle Luxemburg a consacré sa vie.

Lire la suite...

vendredi 20 décembre 2019

En suivant Rosa Luxemburg (V) - Lire Karl Marx

Dans son article sur « l’œuvre posthume de Karl Marx » (paru le 8 janvier 1905 dans le Vorwärts), Rosa Luxemburg livre au lecteur sa compréhension de la portée scientifique et historique de l’édition par Karl Kautsky des Théories sur la plus-value de Marx : non pas seulement ajouter quelques « particules isolées de véritable savoir » aux théories économiques mais faire en sorte que « l’œuvre nouvelle de Marx prenne vie dans toute sa grandeur et son esprit révolutionnaire au sein du prolétariat en lutte ».

Lire la suite...

vendredi 6 décembre 2019

En suivant Rosa Luxemburg (IV). Des bottes et du pain (1)

L’Accumulation du capital et l’Introduction à l’économie politique sont deux ouvrages de Rosa Luxemburg qui entrent très souvent en résonance, notamment le chapitre sur « la dissolution de la société communiste primitive » ou le dernier sur « les tendances de l’économie mondiale ». Les emprunts de l’un à l’autre sont nombreux, et certains passages prévus pour l’Introduction se retrouvent dans l’Accumulation. Rien de surprenant à cela : Rosa Luxemburg travaille à ces ouvrages alors qu’elle enseigne l’économie politique à l’école centrale du SPD à Berlin, et ses lectures des classiques et de Marx (livres II et III du Capital) irriguent ses notes de cours, ses interventions et ses publications de cette période. L’extrait ci-dessous, issu du chapitre « La production marchande », montre comment Rosa Luxemburg, avec son humour si caractéristique, reprend pour ses élèves les chapitres 2 et 3 du premier Livre du Capital.

Lire la suite...

vendredi 29 novembre 2019

En suivant Rosa Luxemburg (III). Les livres ont leur destin (2)

L’accumulation est impossible dans un milieu exclusivement capitaliste. De là résultent, dès la naissance du capital, son besoin d’expansion dans des pays et des couches non capitalistes, la ruine de l’artisanat et de la paysannerie, la prolétarisation des couches moyennes, la politique coloniale (la politique d’« ouverture » de marchés), l’exportation de capitaux.

Lire la suite...

lundi 10 juin 2019

Marx, ennemi de la raison ?

Sous le titre « Pourquoi le débat scientifique est devenu impossible : le spectre de Karl Marx », La Tribune a fait paraître fin mai 2019, un étonnant article de Ferghane Azihari et Laurent Pahpy, analystes en politiques publiques à l’Institut de recherches économiques et fiscales. Leur idée centrale est la suivante : aujourd’hui, bon nombre de gens, à gauche et à l’extrême-gauche, réfutent l’idée même du débat scientifique en tranchant toute question par le camp que défendent, ou que sont supposés défendre, les thèses en présence…

Lire la suite...