éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Littérature-Politique

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 29 juillet 2020

Savoir et changer (III) Des normes et de la nature vivante

Dans la neuvième « lettre à un jeune homme », Alfred Döblin invite son interlocuteur à éprouver la nature et le monde, pour freiner l’impulsion démesurée du mouvement technico-industrialo-matérialiste. En ce début des années 1930, l’écrivain voyait comme l’aube claire d’une grande époque nouvelle et universelle, sous le signe du déclin et de la transition…

Lire la suite...

mercredi 22 juillet 2020

Savoir et changer (II) Chaque parti prend l’homme de l’esprit pour l’idéologue de ses intérêts

Dans ses Lettres ouvertes à un jeune homme, publié en 1931, Alfred Döblin affiche son positionnement dans les débats de son époque. Il y développe une réflexion sur le rôle des intellectuels dans la société, soutenant l’idée qu’il ne peut pas être question, pour ceux-ci, de se ranger simplement derrière le drapeau des ouvriers, mais seulement, pour les ouvriers et les intellectuels, de chercher un drapeau commun.

Lire la suite...

vendredi 17 juillet 2020

Revenir, toujours, sur l’évidence de la littérature

Ce n'est pas d'aujourd'hui que la littérature est à la fois évidente et incertaine, qu’elle fait le grand écart entre d’un côté l’évidence de ce qui en relève sans même qu’il soit nécessaire de se poser la question, et de l’autre côté le terrain mobile et flou de ses marges.

Lire la suite...

mercredi 15 juillet 2020

Savoir et changer (I)

Parmi les réactions suscitées par la publication de son roman Berlin Alexanderplatz en 1929, Alfred Döblin reçoit une lettre ouverte d’un étudiant, qui, en louant son sens de la justice et sa haine des dogmes, lui demande de les aider, lui et les jeunes gens de son âge, à s’y retrouver dans le fatras des idées contradictoires et des idéologies de leur époque. Döblin y répond par quinze « Lettres ouvertes à un jeune homme », publiées en 1931 dans un volume titré Savoir et changer. Il y défend un idéal d’émancipation et de liberté, affirmant combien les phénomènes politiques et économiques ne fonctionnent pas selon des lois inaccessibles à l’homme. Les passages qui suivent sont extraits de la première de ces lettres.

Lire la suite...