Si la lecture s'avère souvent piégée, il est des auteurs tron­qués par de faux lecteurs. Ainsi, Dickens serait destiné à des enfants larmoyants et des vieillards souffreteux. Où a-t-on vu jouer ce scénario ? Certai­nement pas dans le texte !