éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Révolution sociale ou barbarie

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 17 juin 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XII) Du capitalisme à son dehors

Paru au début de l’année 1913, L’Accumulation du capital va déclencher dans les rangs de la social-démocratie allemande, puis européenne, une polémique due en grande partie à l’identité politique de l’auteure. Ce n’est que bien plus tard, lorsque seront apparues les conditions d’une réception pacifiée, que l’apport de l’ouvrage sera reconnu, même si Rosa Luxemburg est davantage célébrée pour ses intuitions que pour les élaborations techniques auxquelles elles donnent lieu. Les post-keynésiens reprendront ainsi la question des débouchés tandis qu’une certaine anthropologie marxiste française s’intéressera au problème de l’articulation des modes de production, entrevu par Luxemburg.

Lire la suite...

mardi 26 mai 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XII) La reproduction du capital social global

L’importance de l’ouvrage de L’Accumulation du capital tient en premier lieu à son ambition tout à fait singulière. En effet, Rosa Luxemburg corrige Marx en revenant sur le problème central de la « reproduction du capital social global » sous sa forme la plus générale : comment le capitalisme peut-il exister et se perpétuer ?

Lire la suite...

mercredi 13 mai 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XI) Contre le « socialisme de la chaire »

La Weltpolitik et le partage du monde trouvent leur reflet déformé au sein de la « science allemande », et notamment de l’économie politique, dont les penseurs sont de plus en plus préoccupés par les rapports entre capitalisme et nation.

Lire la suite...

jeudi 7 mai 2020

En suivant Rosa Luxemburg (XI) Genèse de « L'Accumulation du capital »

Paru en 1913, L’Accumulation du capital est sans conteste l’œuvre centrale de Rosa Luxemburg. En effet, même si le livre diffère, par sa forme « scientifique », des textes d’intervention qui ont fait la réputation politique de Luxemburg, il représente en réalité la poursuite, sur un autre terrain, de la défense sans faille de la dimension révolutionnaire du marxisme à laquelle Luxemburg a consacré sa vie.

Lire la suite...

mardi 31 mars 2020

En suivant Rosa Luxemburg (X) Une pensée qui appartient au prolétariat révolutionnaire

Clara Zetkin se trouve dans sa ville de Stuttgart quand elle apprend le 17 janvier par la presse la mort de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg. Elle écrit alors une lettre désespérée et poignante à Mathilde Jacob, dans laquelle elle affirme sa volonté de sauver et transmettre ce qu’elle nomme « l’héritage précieux, vivant » que constituent les travaux de Rosa Luxemburg.

Lire la suite...

vendredi 31 janvier 2020

La grève

Le monde des Prolos selon Louis Oury est celui de la guerre froide, des écarts et des affrontements sociaux qui vont culminer avec la grande grève de l’été 1955. Il livre un témoignage d’apprentissage, celui d’un jeune chaudronnier issu du monde agricole des régions rurales de la Loire, pour qui le passage par la condition ouvrière est une étape dans un parcours de promotion sociale. À Saint-Nazaire, dans les chantiers navals, il se rapproche d’une classe ouvrière nullement enchantée...

Lire la suite...

jeudi 16 janvier 2020

En suivant Rosa Luxemburg (IX) L'assassinat du courage et de la vérité

Lorsque, le soir du 15 janvier 1919, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, à demi assommés à coups de crosse, furent poussés hors de l’hôtel Eden dans deux voitures qui les emmenèrent au Tiergarten pour y être achevés, le cours des événements politiques n’en fut pas changé. La dernière heure de la révolution, dans laquelle Liebknecht n’avait joué qu’un rôle insignifiant et Rosa Luxemburg pas de rôle du tout, avait déjà sonné. Sa liquidation sanglante était inéluctable.

Lire la suite...

mercredi 15 janvier 2020

En suivant Rosa Luxemburg (VIII) Le dernier jour

Alors que le rusé Ebert s’apprête à troquer son rôle de « commissaire du peuple » contre la « toge bourgeoise » de président du Reich, son bras armé, le cynique Noske, le « chien sanguinaire » de la social-démocratie allemande décide du sort de la révolution en faisant donner contre elle les corps francs de Maercker, foyer de ce « nouveau type d’hommes » qui se retrouveront plus tard sur tous les fronts d’Europe et dans toutes les campagnes d’extermination. L’assassinat de Karl et Rosa, dont Döblin fait un récit bouleversant, puis distancié de manière grinçante, est le point de départ de leurs crimes à venir.

Lire la suite...

mardi 14 janvier 2020

En suivant Rosa Luxemburg (VII) L'avant-dernier jour

Le dernier roman de la tétralogie qu'Alfred Döblin a consacré à Novembre 1918 est le chant du cygne de la révolution allemande, sa fin tragique et, en même temps, scandaleuse, marquée par le veule assassinat des deux chefs spartakistes, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, sous les coups de la soldatesque aux ordres des sociaux-démocrates. Qu’ont-ils fait et de quoi ont-ils parlé leur avant-dernier jour ? Suivant sa méthode, Döblin cherche à « s’approcher au plus près du réel, pour mieux le traverser » : le romancier met dans la bouche de Karl et Rosa les articles qu'ils ont écrits, les positions qu'ils ont défendues et leurs désaccords…

Lire la suite...

vendredi 10 janvier 2020

En suivant Rosa Luxemburg (VI) La guerre impérialiste sous le vacarme patriotique

Rédigée en avril 1915, la Brochure de Junius n’est publiée qu’un an plus tard. Pour Rosa Luxemburg, « plus la guerre dure, moins la classe ouvrière ne doit perdre de vue sa puissance d’entraînement. » Elle choisit de faire paraître sans aucune modification son exposé sur le conflit mondial, invitant le lecteur à vérifier «  à quel point la méthode historique et matérialiste rend compte de la marche des événements ». En dissipant la légende de la guerre défensive allemande, ce texte dévoile les véritables desseins d’une guerre d’annexion impérialiste.

Lire la suite...

- page 1 de 4