éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

À quoi sert l'École

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 11 janvier 2021

Céline Alvarez, une pédagogie « business compatible » (2)

La neuropédagogie comme solution aux inégalités scolaires ? Depuis l’arrivée de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Éducation nationale, on sait qu’il s’agit d’un mantra. Mais on oublie que l’« expérience Alvarez » a servi de laboratoire à ce qui allait devenir la politique ministérielle. Car ils étaient déjà tous de la partie : de l’Institut Montaigne en passant par Stanislas Dehaene et l’association Agir pour l’école. Un succès ? À condition de ruser un peu avec les règles de l’École publique, le protocole, et les résultats…

Lire la suite...

samedi 9 janvier 2021

Céline Alvarez, une pédagogie « business compatible » (1)

L’expérience menée par Céline Alvarez entre 2013 et 2016 dans une école primaire d’une banlieue populaire de Paris s’est faite sur la base d’un cocktail inédit de méthode Montessori et de neurosciences. L’enthousiasme suscité par son best-seller, paru en 2016, Les Lois naturelles de l’enfant, tient au caractère spectaculaire des résultats affichés. Mais, à regarder de plus près ce projet soutenu alors par Jean-Michel Blanquer, aujourd’hui ministre de l’Éducation nationale, tout est loin d’être aussi rose.

Lire la suite...

dimanche 8 novembre 2020

Entre tentation répressive et mission éducative

Serions-nous tétanisés au point de trouver normal que des enfants de 10 ans passent une journée dans un commissariat ? D’un autre côté, mesurons-nous suffisamment le niveau de peur installé dans le corps enseignant par l’assassinat de Samuel Paty ? La voie est étroite entre la tentation répressive et le respect de la mission éducative. Mais il est vital de la trouver. Pas seulement pour l’École.

Lire la suite...

vendredi 9 octobre 2020

Pour une école commune, émancipatrice, accessible à tous

La décision d’Emmanuel Macron de rendre obligatoire la scolarisation à l’école dès l’âge de 3 ans mécontente les partisans de l’instruction en famille, de droite comme de gauche. Au nom des méthodes d’éducation (plus ou moins) nouvelles, cette nébuleuse néglige l’importance, pour une société désirable, d’une école publique et égalitaire.

Lire la suite...

lundi 5 octobre 2020

Couler l’École publique avec de bonnes idées

Au détour du projet de loi sur le « séparatisme », dans sa pêche aux voix de droite, catholiques, conservatrices et d’extrême droite, le gouvernement Macron annonce des mesures renforçant la scolarisation obligatoire. « Liberticide ! », crient les partisans de l’instruction à domicile et de l’école privée…

Lire la suite...

dimanche 27 septembre 2020

Au nom des valeurs d’une école commune et émancipatrice

Une semaine après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie dans un lycée à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), les procès en complicité avec l’islamisme pleuvent sur la gauche. Qualifiées de « collaborateurs » et d'« islamogauchistes », les organisations syndicales, associations et partis politiques peinent à échapper aux accusations publiques dans la plus grande partie des médias dominants.

Lire la suite...

lundi 18 mai 2020

Le projet réactionnaire et autoritaire du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer

« Nous observons, consternés, un système éducatif détourné de ses fondements républicains et de ses valeurs et ne pouvons nous taire. » Une quinzaine de hauts fonctionnaires du ministère de l'Éducation nationale dénoncent une « mise au pas » du ministère qui va des cadres aux enseignants de terrain astreints à suivre des guides pédagogiques. Plus « l'aveuglement scientiste » de Jean-Michel Blanquer, ils démontent les politiques qu'il mène depuis 2017. D'abord sur l'enseignement professionnel, officiellement « réévalué » alors que s'applique en fait un véritable hold up sur l'avenir des jeunes des lycées professionnels à qui on ferme toute perspective de poursuite d'études. Même logique pour les autres lycéens, engagés dans une course perpétuelle à la performance qui élimine les faibles. La « priorité au primaire » proclamée par le ministre est en fait une « priorité aux maternelles privées », que favorise la loi Blanquer.
   Il n'est pas certain que nous partagions tous l’enthousiasme de ces hauts fonctionnaires pour  les « valeurs républicaines de l’École » depuis longtemps devenues davantage un slogan qu’une ligne directrice. Mais il ne fait pas de doute qu’une alliance provisoire avec ces cadres intermédiaires du pouvoir de l'État est utile pour faire chuter le gouvernement le plus répressif qu'on ait connu depuis qu’alternent au pouvoir des versions de « gauche » et de droite du néolibéralisme.

Lire la suite...

mardi 3 décembre 2019

La longue histoire du malaise enseignant

On aimerait tant qu’aux doux mot d’« école » et d’« enseignant » soit accolées les idées d’épanouissement, de vocations et d’utilité sociale. Mais on assiste plutôt, sous le ministère Blanquer, à la fabrication de plus en plus visible d'une véritable chaîne macabre…

Lire la suite...

mercredi 20 novembre 2019

La solidarité au secours de la Convention internationale des droits de l’enfant

Demain, notre école fêtera les trente ans de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), avec un jour de retard (mercredi oblige). Ce sera sans doute un bel événement, qui marquera les élèves et leurs parents, invités pour la circonstance. Il y aura des expositions, des spectacles, du chant, des jeux de société et des poèmes qui exprimeront toutes les qualités intellectuelles et artistiques dont font preuve les élèves lorsqu’ils se mobilisent sur de vrais enjeux.

Lire la suite...

mercredi 26 juin 2019

Célestin Freinet et Paulo Freire : des pédagogies de transformation sociale

Les pédagogies critiques participent d’un projet de remise en cause des diverses dominations et en particulier de l’organisation sociale en régime capitaliste. Deux de leurs fondateurs, Célestin Freinet (en France) et Paulo Freire (au Brésil), ont développé une éducation au service des classes les plus pauvres, qui prend notamment en considération l’expérience sociale des élèves. Fondée sur une condamnation de l’éducation officielle instaurée par (et pour) les classes dirigeantes et sur l’expérimentation de la participation politique, ces pédagogies font de l’école un lieu d’apprentissage de la démocratie. Passant par une compréhension critique de la société et des origines des inégalités sociales, ces pédagogies sont, en cela, porteuses d’espoir pour les opprimés : parce qu’elles laissent entrevoir la possibilité d’une transformation sociale radicale.

Lire la suite...

- page 1 de 3