Retour sur un cas édifiant de psychopathia academica – qui n’empêche pas les carrières universitaires internationales

Depuis cinq ans que cette affaire était réglée, les éditions Agone en faisaient aussi peu que possible la publicité. Une attitude assez peu partagée par Loïc Wacquant, qui ne tient pour rien le fait que, le 20 juin 2005, le tribunal de grande instance de Marseille a rendu sa décision définitive : « Déboutons M. Loïc Wacquant de ses demandes ; condamnons M. Loïc Wacquant aux dépens ; le condamnons à payer aux éditions Agone la somme de 2 000 euros. » En réaction aux contrevérités distillées par Loïc Wacquant, nous donnons ici quelques éléments du dossier.