éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 2 novembre 2009

Départ des Baumettes

Jean-Marc Rouillan vient d'être transféré de la maison d'arrêt des Baumettes où il avait été réincarcéré le 4 octobre 2008.

Lire la suite...

mardi 29 septembre 2009

Médecine pénitentiaire

Six mois après son retour en prison à temps plein, en octobre 2008, Jean-Marc Rouillan a appris qu'il souffre d'une grave maladie évolutive. Alors qu'une nouvelle crise douloureuse le frappe actuellement derrière les murs des Baumettes, personne n'est disposé à lui donner un traitement adapté... en attendant une libération pour raison médicale. L'ancien militant d'Action Directe s'interroge dans ce qu'il serait permis d'appeler le « couloir de la mort lente ».

Lire l'article sur Le Post

mercredi 8 juillet 2009

« Une interview qui coûte cher à un ancien terroriste »

Le texte qui suit a été extrait par Rafaëlle Gandini-Miletto d’un article de Martine Herzog-Evans, professeur à l’Université de Reims paru dans la revue Recueil Dalloz (2009, p. 1388-1393) ; reproduit avec l’aimable autorisation des éditions Dalloz – texte intégral sur www.dalloz.fr.

Lire la suite...

jeudi 18 juin 2009

« Le banal témoignage de l’état des usines de l’enfermement ordinaire... »

«En janvier dernier, je suis tombé malade. Certains docteurs me croyaient malade d’une vulgaire grippe. La direction, quant à elle, me pensait (ou me souhaitait) dépressif et m’enjoignait de consulter les psychiatres ! L’affaire a duré et ma santé a dégringolé jusqu’au 6 mars quand les marins pompiers m’ont embarqué aux urgences. Les médecins me l’ont confirmé, j’aurais pu y laisser ma peau, question d’heures, question de jours… Cependant, il ne s’agissait pas d’un complot de l’antiterrorisme, ni le résultat de l’incompétence du service de santé des Baumettes, mais le banal témoignage de l’état des usines de l’enfermement ordinaire...» (Lire l'interview de Jann-Marc Rouillan par Paco pour Le Mague)

Marseille - 2006

vendredi 13 mars 2009

Écrire à Jean-Marc Rouillan

Après 3 mois d'hospitalisation Jean-Marc Rouillan est de retour a la prison des Baumettes, où il attend désormais une réponse à sa demande de suspension de peine pour raison médicale. Seule une sortie de prison lui permettrait en effet de bénéficier des soins particuliers dont il a besoin. Pour ceux et celles qui veulent le soutenir, vous pouvez lui écrire à cette adresse, en joignant des timbres à votre courrier pour qu'il puisse vous répondre :

Jean-Marc Rouillan
numéro 147 575
Centre Pénitentiaire des Baumettes
239 Chemin de Morgiou
13009 Marseille

jeudi 5 mars 2009

Rouillan bientôt lui aussi victime des « éliminatoriums de la République » ?

Dans ses premières chroniques carcérales, écrites en juillet 2002, pour une radio éphémère, à l'époque où il purgeait sa peine à la centrale d'Arles, Jean-Marc Rouillan avait qualifié les prisons d'« éliminatoriums de la République ». Il est difficile de ne pas se remémorer la formule quand nous avons vu sa santé se dégrader brutalement. Le plus surprenant est sans doute que cette situation ne le rattrape que maintenant tant elle appartient au quotidien des longues peines. « L'un des scandales de cette situation en est sa banalisation et le silence complice qui lui permet de se perpétuer », concluait Jean-Marc Rouillan voilà bientôt six ans. Ce ne serait pas une mauvaise chose de le contredire pour son cas.

Un animateur du Mague, Paco, nous a demandé de réagir à cette situation : lire « Qui veut la peau de Jean-Marc Rouillan ? ».

——
Lire aussi le communiqué du collectif NLPF « Jean-Marc Rouillan enfin hospitalisé ! »

lundi 20 octobre 2008

Incarcération de chroniqueur

En attendant qu'il soit à nouveau en mesure de s'exprimer et respirer librement :

Jean-Marc Rouillan - numéro d'écrou 147575
Centre pénitentiaire de Marseille
239, chemin de Morgiou
13404 Marseille cedex 20

Ne pas oublier d'indiquer votre adresse sur le courrier (pour être sûr qu'il lui soit remis) et de joindre une enveloppe timbrée et libellée pour la réponse.

Pétition pour la libération sans condition de Jean-Marc Rouillan : ''Jean-Marc Rouillan veut tourner la page sans la déchirer''.

dimanche 1 juin 2008

Le même chantage : repentir contre libération

Le 26 février prochain, nous entrerons dans notre vingtième année de prison. Le temps a passé. Il n’y a plus d’URSS, plus de monnaie nationale, plus de mur de Berlin… Et depuis une décennie la bise réactionnaire souffle sur l’Europe entière.

Lire la suite...

mercredi 14 mai 2008

Le pays du dedans

Pour Jean-Marc Rouillan, l’année 2005 est la première à partir de laquelle il peut demander la sortie conditionnelle. Voilà dix-huit ans qu’il a été condamné à perpétuée. Depuis quatre ans, il a publié un livre par calendrier… Si la période est celle de la deuxième année des « Chroniques carcérales », l’écriture se fait ici plus lyrique qu’épique, plus rurale que citadine, plus historique que d’actualité. C’est l’automne et son roman La Part des Loups est paru au printemps.

Lire la suite...

jeudi 8 mai 2008

L'écriture prolétarienne (4)

Correspondance entre Jann-Marc Rouillan et Jean Pierre Levaray autour de la réédition de Putain d’usine (Agone, 2005)

Salut Jean Pierre, tes deux dernières lettres sont arrivées ainsi que l’article du ML [Monde libertaire]. Je précise car « il paraît » que certains courriers disparaissent, ou n’est-ce qu’une rumeur ayant flotté à la fête trempée de LO [Lutte ouvrière] ? Pour le moment, ma correspondance avec Agone n’est pas touchée, tant mieux !

Lire la suite...

- page 2 de 3 -