Fusillé le 22 octobre 1941 à Châteaubriant par les Allemands, Guy Môquet est entré dans le panthéon de Nicolas Sarkozy à l’université d’été des Jeunes populaires {Marseille, 03.09.06}. Escamotant l’engagement communiste du plus jeune des vingt-sept otages exécutés, il se sentira obligé de compléter sa biographie après les protestations d’une partie de la gauche. Nicolas Sarkozy évoque ainsi pour la première fois au Zénith de Paris, devant la « jeunesse » {17.03.07}, le fait que son nouveau héros était communiste et revient sur ce point à Villebon-sur-Yvette {20.03.07} et Tours {10.04.07} : « J’accorde à l’amour de la patrie plus de valeur qu’au patriotisme de parti. »