éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Levaray-Jean-Pierre

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 8 mai 2008

L'écriture prolétarienne (4)

Correspondance entre Jann-Marc Rouillan et Jean Pierre Levaray autour de la réédition de Putain d’usine (Agone, 2005)

Salut Jean Pierre, tes deux dernières lettres sont arrivées ainsi que l’article du ML [Monde libertaire]. Je précise car « il paraît » que certains courriers disparaissent, ou n’est-ce qu’une rumeur ayant flotté à la fête trempée de LO [Lutte ouvrière] ? Pour le moment, ma correspondance avec Agone n’est pas touchée, tant mieux !

Lire la suite...

mercredi 7 mai 2008

L'écriture prolétarienne (3)

Correspondance entre Jann-Marc Rouillan et Jean Pierre Levaray autour de la réédition de Putain d’usine (Agone, 2005)

Salut Jean Pierre, rassure-toi, je ne suis pas ouvriériste. Le terne « interclassisme » était plus un clin d’œil qu’un « jugement irrévocable ».

Lire la suite...

mardi 6 mai 2008

L'écriture prolétarienne (2)

Correspondance entre Jann-Marc Rouillan et Jean Pierre Levaray autour de la réédition de Putain d’usine (Agone, 2005)

Salut Jean Pierre. Pour l’instant, ton livre Classe fantôme est bloqué à la fouille. Dans cette prison de haute sécurité, impossible de recevoir un livre par courrier. Maintenant, je dois demander qu’il soit remis à l’un de mes visiteurs lors d’un parloir et, ensuite, lui ou un autre me le rapportera à la prochaine visite… Le pénitentiaire est assez ubuesque, comme tu le constates, mais on s’y habitue, pitoyablement.

Lire la suite...

lundi 5 mai 2008

L'écriture prolétarienne (1)

Correspondance entre Jann-Marc Rouillan et Jean Pierre Levaray autour de la réédition de Putain d’usine (Agone, 2005)

Salut. Nous ne nous connaissons pas si ce n’est par nos écrits ou par le « fait divers ». Pourtant, après la lecture de Putain d’usine, je désirais entrer en contact avec toi. Le temps a passé et je ne l’ai pas fait. Puis j’ai lu ton second livre. Et les éditions Agone m’ont envoyé, sachant mon intérêt pour ton travail, le manuscrit d’« Une année ordinaire » que tu leur as proposé. Et je me décide enfin à cette correspondance.

Lire la suite...