éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 10 février 2020

En février 1950, l’Amérique découvrait le « maccarthysme »

Le 9 février 1950, dans une allocution devant le Club républicain féminin de Wheeling (Virginie-Occidentale), le sénateur McCarthy agite sous les yeux des républicaines une liste de membres du ministère des Affaires étrangères appartenant selon après lui au Parti communiste.

La focalisation sur le danger de la subversion communiste aux États-Unis avait commencé dès l'entre-deux-guerres. Mais après 1945, et plus encore après le début de la guerre froide en 1947, les mesures réprimant les sympathies communistes chez les fonctionnaires fédéraux, dans le milieu du cinéma, chez les syndicalistes ou chez les enseignants se multiplient.

Même si aucune des accusations lancées par McCarthy à Wheeling ne furent vérifiés, il occupa jusqu'en 1954 le rôle de principale figure publique de la croisade contre « les rouges ». Au final, plusieurs millions de citoyens états-uniens firent l'objet d'enquêtes judiciaires et policières, et des milliers inscrits sur des listes noires, poussés à démissionner ou révoqués, pour certains emprisonnés.

Ce fut le cas de l'écrivain Howard Fast (1914-2003), interdit de publication et incarcéré en juin 1950. C'est en prison qu'il commença à rédiger son roman Spartacus (plus tard incarné à l'écran par l'acteur Kirk Douglas). Dans les Mémoires d’un rouge, Fast fait le récit intime de cette période, qu'on désigne encore aujourd'hui comme celle du « maccarthysme ».

Lire la suite...

mardi 28 janvier 2020

Howard Zinn (1922-2010). Retour sur la vie d’un historien et militant

En post-scriptum : « Bibliographie en langue française »

Dans son autobiographie, Howard Zinn (1922-2010) livre la trame individuelle de sa conception de métier d’historien soucieux de remettre les classes populaire, avec leur quotidien et leurs idéaux, à leur place d’acteur principal de l’histoire.

Lire la suite...

vendredi 30 août 2019

Babbitt, ou Les néobarbares

L’anthropologie sociale nous a accoutumés à considérer que le monde humain est un monde civilisé, mais sans préjuger le niveau de civilisation atteint. En s’inspirant de Norbert Elias, on pourrait dire que la civilisation est le processus, individuel et collectif, par lequel les animaux humains s’extirpent de l’animalité pour se rendre de plus en plus humains à mesure qu’ils apprennent à domestiquer la nature environnante et conjointement à gouverner leur propre nature, en s’inventant des normes, des valeurs, des idéaux.

Lire la suite...

mercredi 12 juin 2019

« Ce n’est pas moi qui ai abandonné mon parti, c’est mon parti qui m’a abandonné » (I) Quand les démocrates étaient populistes

Le parti démocrate n’a pas toujours été le parti de la bourgeoisie libérale progressiste. Mais c'était avant qu’il ne tourne le dos à ses liens avec le mouvement syndical raffermis lors du New Deal, ce qui ancra son identité « de gauche », avant qu’il ne renonce au discours de classe qui le caractérisait pour relayer les préférences d'experts, artistes et intellectuels de plus en plus indifférents à la question sociale, avant qu’il ne sacrifie toute ambition égalitaire ne laissant plus aux petits blancs qui autrefois votaient pour lui que la nostalgie d’un passé détruit et l’espoir dans des mots d’ordre réactionnaires.

Lire la suite...

mercredi 13 février 2019

Le cauchemar de la réélection de Trump et les moyens de le conjurer

Imaginons l’inimaginable. Imaginons la manière dont Donald Trump pourrait être réélu à la présidence des États-Unis. Il est certes très impopulaire, et c’est le plus grand bouffon que nous ayons jamais vu à la Maison-Blanche, mais il réussit à déshonorer sa fonction presque tous les jours…

Lire la suite...

lundi 1 octobre 2018

Lanternes magiques (Lettre à Robert Redford)

Cher Robert Redford, les gazettes nous ont informés que vous aviez décidé de prendre votre retraite du métier d’acteur de cinéma, que vous avez exercé, avec le bonheur que l’on sait, durant soixante ans, depuis l’âge de 21 ans.

Lire la suite...

mercredi 27 janvier 2010

Howard Zinn n’est plus

Le 27 janvier à Santa Monica (Californie), Howard Zinn, âgé de 87 ans, a succombé à une crise cardiaque après une réunion publique, en se rendant à une manifestation. Sa fin aura ressemblé à tout ce qui la précéda.

Lire la suite...

mardi 4 août 2009

Big Brother

Tout le monde n’est pas, c’est bien normal, un Nelson Mandela ou un Martin Luther King, mais si la seule évocation du risque encouru suffit à démobiliser des «justes», ou à en faire des « tièdes», alors c’est que Big Brother et son terrorisme d’État ont déjà gagné la bataille dans les têtes.

Lire la suite...

dimanche 1 mars 2009

Hurrah for Obama

À l’occasion du sacre du roi Obama, nos médias américanolâtres nous ont invités à nous prosterner once more, devant cette admirable démocratie américaine qui, pour la première fois dans son histoire, a décidé de porter un Noir à la présidence. Que la journaille me pardonne d’introduire un bémol dans son Glory Alleluia, mais ça ne fait jamais qu’un siècle et demi environ d’écoulé depuis l’adoption du 14e amendement qui était censé faire des Noirs des citoyens américains à part entière. En réalité ils ont eu droit, pendant tout ce temps, à un pourcentage de lynchés, d’emprisonnés, de condamnés à mort, de morts infantiles, d’illettrés, de chômeurs, de SDF et autres laissés-pour-compte, sans commune mesure avec celui de n’importe quel autre groupe ethnique.

Lire la suite...

jeudi 15 janvier 2009

Obama doit gouverner comme il a été élu

Alors que nous attendons avec angoisse le début de l’administration Obama, on parle de plus en plus des pulsions « post-partisanes » du nouveau Président. Il a truffé son cabinet de reliques centristes de l’ère Clinton.

Lire la suite...

- page 1 de 5