éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 27 avril 2019

Malheureux comme Orwell en France (I) Traduire de mal en pis

— Les éditions Gallimard ont fait paraître en mai 2018 une nouvelle traduction du chef-d’œuvre de George Orwell, 1984. Pourquoi à ce moment-là ?

Lire la suite...

vendredi 5 avril 2019

Pratiques éditoriales depuis les années 1980 (II) Les fleurs et les fruits de la lutte du Seuil contre le grand capital

Dans les années 1980, les éditions du Seuil ne connaissent pas (encore) la crise. Ces années-là, elles s'associent à Libération pour promouvoir « Vive la crise ». En 1984, c'est Yves Montant qui chante. Mais les auteurs du Seuil lui ont écrit son texte.

Lire la suite...

jeudi 4 avril 2019

Pratiques éditoriales depuis les années 1980 (I) Hugues Jallon : de La Découverte au Seuil, allers-retours

Dès le rachat par Média-Participations du groupe Chanel-La Martinière en 2017, le nouveau patron, Vincent Montagne, « représentant d’une droite, tempérée, voire éclairée », avait déjà l'intention de nommer à la tête des éditions du Seuil Hugues Jallon, « authentique homme de gauche ». Selon le journaliste qui annonçait la nouvelle, cette décision réalisait un « contre-pied parfaitement habile ». Pareille lucidité sur la fonction du pion Jallon sur l'échiquier des groupes d'édition français doit être saluée.

Lire la suite...

mardi 2 avril 2019

Les éditions du Seuil prononcent une double peine contre Cesare Battisti

Auteur d'une dizaine de romans, publié dans les meilleurs maisons d'éditions française, de Flammarion à Gallimard en passant chez Grasset (avec une préface de Bernard-Henri Lévy et une postface de Fred Vargas), Cesare Battisti vient d'apprendre, depuis la cellule où il est incarcéré, que son dernier roman a été « ajourné ». Quelques éclaircissements de Serge Quadruppani, qui a bien connu Huges Jallon (l'éditeur qui a pris cette décision) à une époque où celui-ci n'était pas encore président directeur général des éditions du Seuil (groupe Média Participations.

Lire la suite...

samedi 15 septembre 2018

La culture du conflit d’intérêts selon Françoise Nyssen

Chaque présidence a son style. En faisant de sa promesse « Changer la vie » un moment de la contre-révolution néolibérale, François Mitterrand peut revendiquer le reniement. On crédite Nicolas Sarkozy d’avoir marqué la sienne au fer doré du « bling-bling ». Fidèle au rôle historique du parti socialiste, François Hollande fut élu en « adversaire du monde de la finance » pour engendrer un président banquier…

Lire la suite...

mercredi 23 avril 2014

Les indulgences de l'édition anticapitaliste

Les livres qui critiquent l'ordre mondial capitaliste peuvent se vendre par millions, accompagnés par une importante « germination éditoriale alternative ». Pendant que la critique radicale semble avoir gagné une audience considérable, le cap de la révolution libérale est maintenu presque partout avec une constance qui semble inébranlable. Et plus que jamais les plus riches s'accaparent la plus grande part des richesses. La contestation de l'ordre dominant n'est-elle pas devenue une marchandise comme une autre ?

Lire la suite...

mardi 10 juillet 2012

Tenir le cap

Entretien sur l'édition « engagée »

Au milieu du silence verbeux de la campagne électorale des présidentielles, Le Matricule des anges interrogeait trois éditeurs ayant choisi « de publier des textes qui questionnent frontalement l'ordre du monde. Éditeurs "engagés" donc, au nom d'une certaine idée de la fonction du livre, de sa capacité à jouer un rôle moteur dans la transformation sociale qu'ils appellent de leurs vœux ».

Lire la suite...

vendredi 2 mars 2012

« Pour des assises de l’édition pauvre, où nous resterions debout ! » (Sur l’air de La Marseillaise)

Une réponse par Michel Valensi, des éditions de L’Éclat (Paris), à la « double question de la “liberté d’éditer” et de l’indépendance de l’édition dans l’univers impitoyable qui est le nôtre » – en introduction aux Troisièmes Rencontres de l’édition indépendante (Marseille).

Lire la suite...

jeudi 23 février 2012

Pourquoi les éditions Agone publient Jean-Marc Rouillan

Les éditions Agone ne font pas paraître les livres de Jean-Marc Rouillan en défense de ses prises de positions politiques passées mais « pour leur importance dans un débat public digne de ce nom ». Depuis le 19 mai 2011, après 23 ans de prison, Jean-Marc Rouillan est soumis au régime de liberté sous surveillance électronique. Une mesure assortie d'une interdiction arbitraire, même dans sa situation : celle de s’exprimer en public et dans les médias. C’est dans ces conditions que le troisième tome de De mémoire, consacré à sa participation aux Groupes d’actions révolutionnaires internationaliste (Gari), à Toulouse, est sorti au mois d’octobre 2011.

Lire la suite...

jeudi 20 octobre 2011

Concentration capitalistique dans l'édition : la méthode Actes Sud

Des plus grands patrons d'édition aux plus petits, des contempteurs du capitalisme aux auteur-e-s les plus savant-e-s, tous et toutes sont d'accord : c'est la concentration éditoriale qui met en danger l'édition de livres de qualités. Heureusement, disent-ils, on peut encore compter sur un quarteron d'éditeurs indépendants pour résister à cette logique galopante. La taille atteinte par les plus grands groupes affole les moins grands. Mais de pareilles réussites ne sont-elles pas préparées par les opérations financières de ceux qui réalisent à leur niveau la même logique de croissance par acquisition qui prépare la suivante ?

Lire la suite...

- page 1 de 2