« Aucun journal dépendant des publicités que font passer les éditeurs ne prendra le risque d’en être privé, et si les plus intelligents parmi les éditeurs comprennent sans doute que les choses n’iraient pas plus mal pour eux si la critique de complaisance était abolie, ils ne peuvent la supprimer, pour une raison identique à celle qui empêche les nations de désarmer – parce que personne ne veut être le premier à commencer. La critique de complaisance a encore de nombreux, très nombreux beaux jours devant elle. » (George Orwell, 1936)