éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Critique-des-intellectuels

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 18 mai 2010

Postcolonial Business (1)

À la suite de la parution du recueil d’interventions médiatiques Ruptures postcoloniales, le sociologue Sylvain Laurens, interpellé sournoisement en note de bas de page, nous a fait parvenir ce texte. Nous complétons sa mise en ligne par celle de l’article de Camille Trabendi (paru en 2009 dans la revue Agone) à l’origine des insinuations de Pascal Blanchard et ses partenaires, qui tentent de faire passer pour une controverse savante ce qui n’était que la mise à nu d’une confusion entre activités pseudoscientifiques et pratiques mercantiles sous couvert de défense des opprimé-e-s.

Lire la suite...

jeudi 8 avril 2010

Politique et littérature (2)

À propos du rôle des intellectuels selon George Orwell

Dans la deuxième partie de cet entretien, Jean-Jacques Rosat revient sur quelques-uns des thèmes principaux de l’œuvre d’Orwell, dont la soumission de la politique à la morale et la place centrale, chez lui, que prend le sens commun.

Lire la suite...

mardi 9 février 2010

L’imagination au Panthéon

L’Elysée se propose, dit-on, de mettre Albert Camus au Panthéon. Pourquoi pas ? Le grand écrivain n’en est ni plus ni moins digne que certains de ceux qui y sont déjà. Ce n’est pas tant sur ses mérites qu’il faut s’interroger que sur les motivations de ceux qui veulent le panthéoniser.

Lire la suite...

mercredi 23 décembre 2009

Les peigne-culs et les gratte-culs

Contribution à une sociologie des intellectuels

Alors qu’autour de l’« identité nationale », entre les intellectuels qui en débattent et ceux qui n’en débattent pas en en débattant (ou, comme on préfère, qui en débattent en n’en débattant pas), ça se pousse des coudes pour suivre l’agenda médiatique offert gracieusement par le gouvernement, il nous a semblé que cette satire, écrite à la fin de l’été dernier, donnait une réponse qui, faute de nous débarrasser de cette obscénité, au moins la tournait en dérision.

Lire la suite...

page 2 de 2 -