éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Crise-financière

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 3 octobre 2011

Virtus dormitiva

« Avez-vous remarqué, m’a-t-on demandé, à quel degré d’incompétence en même temps que de suffisance en est arrivée l’économie politique ? » Effectivement, il ne se passe désormais de jour sans que ses représentants les plus autorisés ne viennent, à l’invitation des différents médias dits d’information, nous expliquer doctement les raisons pour lesquelles la France et les autres pays occidentaux s’enfoncent dans une situation économique catastrophique. Quel que soit le problème évoqué, les explications fournies par ces éminents spécialistes, peuvent se résumer en deux mots, « LA CRISE ».

Lire la suite...

jeudi 2 avril 2009

Vers une rémunération équitable

Chaque dollar que possède le patron sans avoir travaillé pour l’obtenir est un dollar pour lequel l’un d’entre nous a travaillé sans l’obtenir" (Big Bill Haywood)

Quelles sont les mesures que nous pourrions d’ores et déjà mettre en place qui nous mettraient sur la voie d’un système de rémunération équitable pour l’avenir ?" Telle est notamment la question que posait Michael Albert dans son livre ''Après le capitalisme'', tentant de poser les principes économiques d'une société juste. Alors que le débat politique se cantonne à quelques sermons dirigés de droite et de gauche contre des élites économiques rechignant à renoncer de façon même cosmétique à des privilèges de rémunération qu'elles considèrent manifestement comme des droits naturels, l'auteur propose ici un catalogue de mesures plus ambitieuses...

ApresCapitalisme.jpg

Lire la suite...

lundi 12 janvier 2009

Un partisan non repenti du New Deal en lice pour le Congrès

Thomas Geoghegan n’a jamais dansé sur les rythmes de la nouvelle économie. Le cirque médiatique autour du gouverneur de l’Illinois et de ses méthodes pour pourvoir le siège du président élu Barack Obama au Sénat a occulté l’enjeu de la succession de Rahm Emanuel à la Chambre des représentants suite à sa nomination comme chef de cabinet à la Maison-blanche.

Lire la suite...

lundi 5 janvier 2009

Tout compte fait, le marché n’est pas la panacée

Cette année a marqué la fin d’une illusion. En lisant la dernière série de désastres de cette année catastrophique, je me pris à me remémorer le bon vieux temps où tout semblait marcher. Tout le monde était d’accord sur ce qui faisait tourner une économie, la Bourse explosait, et les commentateurs, les économistes et les politiciens du monde entier vibraient à l’unisson sous la bannière triomphale du laissez-faire.

Lire la suite...

mercredi 12 novembre 2008

Qu'importe le flacon, pourvu que la critique soit bonne

Des deux poèmes qui suivent, l’attribution, ces dernières semaines, du second à Kurt Tucholsky (1890-1935) a provoqué une petite affaire et un certain désordre entre lettres et politique outre-Rhin.

L’économie libérale (1930)

Baissez ces satanés tarifs !
Écoutez votre directeur !
Quittez les réunions de médiation !
Confiez le reste à votre supérieur !
Du comité d’entreprise, plus de leçons de morale,
Nous voulons une économie libérale !
Sus aux associations – voilà notre devise !
Eh, pas vous…
Nous.

Vos poumons n’ont besoin ni de retraites,
Ni d’assurances ni de toit.
Honte sur vous tous autant que vous êtes,
Qui prenez de l’argent à notre pauvre État !
Cessez donc d'être solidaires,
Sous peine de finir solitaires…
Pas de cartels sur nos parcelles !
Pas vous.
Nous.

Lire la suite...

vendredi 10 octobre 2008

Les Républicains s’en prennent aux victimes

Il y a deux semaines, j’écrivais que le secteur financier américain ne devait indubitablement son effondrement qu’à lui-même ; que les conservateurs allaient devoir reconnaître la faillite de leur politique de dérégulation et qu’ils ne pouvaient certainement pas tenir leurs têtes de Turc habituelles pour responsables de ce désastre.

Lire la suite...

mercredi 16 juillet 2008

Qu’êtes-vous devenu Dickey Flatt ?

La semaine dernière, quand l’ex-sénateur Phil Gramm (qui fait désormais office de conseiller économique de John McCain) a déclaré que les Américains formaient une « nation de pleurnicheurs » et que nous tremblons devant une récession qui n’est que « mentale », ce qui m’a le plus frappé n’est pas tant la mesquinerie de la formule que sa signification symbolique.

Lire la suite...