éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 27 mars 2019

Le démon de Karl Kraus et le philosophe du Collège de France (2) Sur la presse

Il ne doit pas être trop réducteur d’affirmer que les grandes batailles que Kraus a menées se ramènent finalement à des batailles contre la presse, qu’il a accusée d’être responsable de tous les maux qui se sont abattus sur l’humanité de son temps. Une tâche et un danger en face desquels « l’inquiétant Karl Kraus » assumait sans hésiter le rôle de prophète armé des armes du satiriste : « Un cannibale, un juge qui prononce des sentences inattaquables, qui s’attribue la position d’une instance suprême, d’un Jugement dernier sur la terre (sans intercession des saints pour adoucir le châtiment) », comme l’a dit Sigurd Paul Scheichl, traduit Bouveresse.

Lire la suite...

Le démon de Karl Kraus et le philosophe du Collège de France (1) Sur Jacques Bouveresse

Un auteur meurt deux fois, lorsque son cœur cesse de battre et lorsque ses livres ne sont plus lus. Non seulement Karl Kraus, dont le cœur a cessé de battre le 12 juillet 1936 à l’âge de soixante-quatre ans, n’a pas connu cette seconde mort, mais il se pourrait que son œuvre – tirée pour l’essentiel de l’actualité, et même la plupart du temps de l’actualité la plus immédiate, souvent autrichienne, voire viennoise, et parue essentiellement dans une revue qu’il a fini par rédiger seul, Die Fackel – ait vu son public et son influence augmentés depuis…

Lire la suite...

mardi 26 mars 2019

Les noces d'Amazon et des patrons français de l'édition

C'est en 2012 qu'Amazon aurait, première mondiale, participé à une manifestation littéraire. Naturellement, la firme choisit la capitale historique de la littérature. Chaque année depuis, le stand du leader planétaire de la vente en ligne s'étend un peu plus au milieu du Salon du livre de Paris. Sans doute pour rassurer les inquiets, Antoine Gallimard déclarait : « Notre partenaire n’est ni Apple ni Google, mais Amazon. » Est-ce vraiment rassurant ? Fondateur de la librairie Ombres blanches à Toulouse, Christian Thorel rappelle les enjeux à Vincent Montagne, président du Syndicat national de l’édition et du troisième plus grand groupe éditorial français, Média-Participations.

Lire la suite...

lundi 25 mars 2019

Pour une éducation au politique par l'École

« L'abstention, premier parti des 18-25 ans », tirait Le Monde en mars 2017. Une abstention qui aurait atteint un niveau historique chez les jeunes aux dernières législatives. Et pour Le Figaro d'avril 2017, « une nouvelle fois, les jeunes plébiscitent les extrêmes » – les 18/34 ans auraient voté à voire 30 % pour Jean-Luc Mélenchon et 25,7 % pour Marine Le Pen. Le vote Front national serait « celui qui rassemble le plus les jeunes » en 2017, et on se souvient qu'en 2015 un sondage donnait un votre massif des 18-30 ans pour le parti des Le Pen.

Lire la suite...

samedi 23 mars 2019

Victor Hugo et les « Misérables »

Pour le candidat UMP, Victor Hugo était d'abord, surtout celui de l’école primaire, celui de L’Art d’être grand-père, des valeurs les plus traditionnelles de la famille, de l’instruction patriotique et républicaine. La référence n’est située alors ni à droite ni à gauche, ni datée. Barrès n'a-il pas lui-même « avoué » avoir écrit Les Déracinés en pensant au modèle hugolien des Misérables ?...

Lire la suite...

vendredi 22 mars 2019

Le travail de mon père

Alberto Prunetti raconte l’histoire de Renato, né en 1945 à Livourne. Soudeur dans les raffineries et les aciéries italiennes depuis l’âge de quatorze ans, Renato s’empoisonne lentement au travail : il respire de l’essence, le plomb lui entre dans les os, le titane lui bouche les pores de la peau, et finalement, une fibre d’amiante se glisse dans ses poumons. En contrepoint de ce récit tragique, l’auteur rapporte ses souvenirs d’enfance en Toscane ouvrière, où les années 1970 furent une décennie de luttes sociales.

Lire la suite...

lundi 18 mars 2019

« Mai 68, ils commémorent, on recommence »

On pouvait lire ce slogan sur les tee-shirts vendus par les étudiants qui occupaient l’université de Tolbiac au printemps 2018 ; des étudiants qui avaient poussé le clin d’œil à l’histoire jusqu’à proclamer leur mouvement « Commune libre de Tolbiac ».

Lire la suite...

samedi 16 mars 2019

Pour que les humains accomplissent leur humanité

Norman Spinrad est un empêcheur de penser en rond. À intervalles réguliers, il vient rappeler avec la force rigolarde des grands ironistes que ce monde où on vit est une petite épouvante mais qu'en comprendre le fonctionnement rend, et plus intelligent, et plus libre de tenter de le modifier.

Lire la suite...

vendredi 15 mars 2019

Pourquoi fallait-il retraduire « 1984 »

Dernier roman de George Orwell, 1984 fait écho à l'expérience sociale de l'auteur, à celle de ses contemporains. Mais aussi aux nôtres. Et quand on a conscience des enjeux politiques de ce roman, il est impossible de ne pas tenir compte dans les choix de traduction. Qu'il s'agisse de l'extraire des récupérations réactionnaires ou de le soustraire à la religion littéraire française. Quelques réponses de, Celia Izoard, traductrice de la nouvelle édition qui vient de paraître au Québec.

Lire la suite...

jeudi 14 mars 2019

Kraus et les premiers jours de l'inhumanité

Quatre mois après l’arrivée de Hitler au pouvoir, Kraus commençait à rédiger sa Troisième nuit de Walpurgis. Nous sommes en mai 1933. Cinq mois plus tard, il rendait sa copie – si l’on peut dire.

Lire la suite...

- page 3 de 35 -