éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tout le reste est littérature

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 6 avril 2019

« 1984 », la novlangue n'est pas passée

Ce fut l'« année Orwell », ou plutôt l'année où Orwell a occupé les esprits le temps d'un anniversaire. Dix ans plus tard, le surgissement dans notre quotidien d'Internet, puis de la surveillance de masse, enfin des « vérités alternatives » du président des États-Unis ont remis, mais cette fois sans légèreté, le roman d'Orwell dans nos esprits. Toutefois, trente-cinq plus tard, la novlangue n'est toujours pas passée – ou trop bien ?

Lire la suite...

samedi 30 mars 2019

Dumas et l'art de l'« estrangement »

En 1838, Alexandre Dumas part visiter la Belgique et les pays rhénans. Ce n'est pas uniquement pour l'agrément du voyage, c'est tout autant pour gagner quelque argent en en vendant à la presse intéressée la relation…

Lire la suite...

vendredi 22 mars 2019

« Amianto » (II) Le travail de mon père

Alberto Prunetti raconte l’histoire de Renato, né en 1945 à Livourne. Soudeur dans les raffineries et les aciéries italiennes depuis l’âge de quatorze ans, Renato s’empoisonne lentement au travail : il respire de l’essence, le plomb lui entre dans les os, le titane lui bouche les pores de la peau, et finalement, une fibre d’amiante se glisse dans ses poumons. En contrepoint de ce récit tragique, l’auteur rapporte ses souvenirs d’enfance en Toscane ouvrière, où les années 1970 furent une décennie de luttes sociales.

Lire la suite...

samedi 16 mars 2019

Pour que les humains accomplissent leur humanité

Norman Spinrad est un empêcheur de penser en rond. À intervalles réguliers, il vient rappeler avec la force rigolarde des grands ironistes que ce monde où on vit est une petite épouvante mais qu'en comprendre le fonctionnement rend, et plus intelligent, et plus libre de tenter de le modifier.

Lire la suite...

vendredi 15 mars 2019

Pourquoi fallait-il retraduire « 1984 »

Dernier roman de George Orwell, 1984 fait écho à l'expérience sociale de l'auteur, à celle de ses contemporains. Mais aussi aux nôtres. Et quand on a conscience des enjeux politiques de ce roman, il est impossible de ne pas tenir compte dans les choix de traduction. Qu'il s'agisse de l'extraire des récupérations réactionnaires ou de le soustraire à la religion littéraire française. Quelques réponses de, Celia Izoard, traductrice de la nouvelle édition qui vient de paraître au Québec.

Lire la suite...

jeudi 14 mars 2019

Kraus et les premiers jours de l'inhumanité

Quatre mois après l’arrivée de Hitler au pouvoir, Kraus commençait à rédiger sa Troisième nuit de Walpurgis. Nous sommes en mai 1933. Cinq mois plus tard, il rendait sa copie – si l’on peut dire.

Lire la suite...

samedi 2 mars 2019

L'ombre des maîtres. Dick est mort (2 mars 1982)

C’est la France qui a fait le succès de Philip K. Dick. Aux États-Unis, sa réputation de drogué paranoïaque de gauche ne lui a pas vraiment réussi. Et de surcroît,la sçience-fiction américaine, lorsqu’il a fait ses débuts, s’adonnait frénétiquement à la technologie : ce qui n’était pas vraiment son idée fixe, à Dick. Lui, son monde, c’est la spéculative-fiction, SF toujours, mais à des années-lumière des heroic-fantasies et autres space-operas. Lui, ce qui le fascine, c'est le statut du réel : qu’en est-il de notre liberté ?

Lire la suite...

samedi 23 février 2019

Le fil du temps

C'est une petite musique de nuit. Pas un best-seller, par un chef d’œuvre oublié. Rien qu'une déambulation de grand gamin qui n'arriva pas à grandir, et qui d'ailleurs n'y tient pas.

Lire la suite...

samedi 16 février 2019

Le mot « alcool » saoule-t-il ?

Au début des années 1980, , une jeune femme écrivait un livre sinistre qui sembla le portrait d'une génération. Curieux. Avec Billets noirs, Jayne Anne Philips mettait en scène la déglingue de jeunes paumés, tristes et nerveux. Sur fond de rock'n roll.

Lire la suite...

jeudi 14 février 2019

« Amianto » (I) La justice, si elle est de ce monde, ne viendra pas des tribunaux

Qu’il évoque les ravages de l’amiante, l’écrivain italien Alberto Prunetti tient un discours sans concession sur les méfaits du capitalisme. Serge Quadruppani l’a rencontré pour évoquer les transformations de l’exploitation et la destruction des territoires.

Lire la suite...

- page 2 de 6 -