éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 mars 2019

Le démon de Karl Kraus et le philosophe du Collège de France (3). Sur les intellectuels

On aurait pu attendre des journalistes et des intellectuels français qu’ils traitent Kraus autrement qu’ils traitent ses compatriotes de gauche, humanistes et démocrates issus des Lumières – ce qu’il n’est pas.

Lire la suite...

mercredi 27 mars 2019

Le démon de Karl Kraus et le philosophe du Collège de France (2) Sur la presse

Il ne doit pas être trop réducteur d’affirmer que les grandes batailles que Kraus a menées se ramènent finalement à des batailles contre la presse, qu’il a accusée d’être responsable de tous les maux qui se sont abattus sur l’humanité de son temps. Une tâche et un danger en face desquels « l’inquiétant Karl Kraus » assumait sans hésiter le rôle de prophète armé des armes du satiriste : « Un cannibale, un juge qui prononce des sentences inattaquables, qui s’attribue la position d’une instance suprême, d’un Jugement dernier sur la terre (sans intercession des saints pour adoucir le châtiment) », comme l’a dit Sigurd Paul Scheichl, traduit Bouveresse.

Lire la suite...

Le démon de Karl Kraus et le philosophe du Collège de France (1) Sur Jacques Bouveresse

Un auteur meurt deux fois, lorsque son cœur cesse de battre et lorsque ses livres ne sont plus lus. Non seulement Karl Kraus, dont le cœur a cessé de battre le 12 juillet 1936 à l’âge de soixante-quatre ans, n’a pas connu cette seconde mort, mais il se pourrait que son œuvre – tirée pour l’essentiel de l’actualité, et même la plupart du temps de l’actualité la plus immédiate, souvent autrichienne, voire viennoise, et parue essentiellement dans une revue qu’il a fini par rédiger seul, Die Fackel – ait vu son public et son influence augmentés depuis…

Lire la suite...

mardi 5 mars 2019

La seule arme qui reste est encore la vérité

Quels que soient notre niveau d'études et notre degré d'intelligence, nous sommes tous confrontés au problème de la détection des fake news, et ce pour plusieurs raisons, aussi bien relatives à la nature humaine qu'à nos valeurs et aux conditions sociales de la transmission de l'information.

Lire la suite...

mercredi 27 février 2019

Les « fake news » sont plus graves que vous ne croyez

Désormais omniprésentes, les fake news sont bien plus que des mensonges : par-delà le vrai et le faux, elles menacent directement les démocraties. Face à ces agressions caractérisées, nous avons la responsabilité de mettre urgemment en œuvre des méthodes d’autodéfense intellectuelle.

Lire la suite...

mercredi 20 février 2019

Les termes de bêtise

Tous les termes de bêtise ne sont pas synonymes. La plupart sont évaluatifs et non pas descriptifs : ils indiquent une dépréciation dans le jugement de celui qui les porte.

Lire la suite...

mercredi 9 janvier 2019

La satire doit-elle avoir des limites ?

Limiter le droit de moquer, comme l'exigent les nouveaux censeurs, c'est renoncer à l'universalisme au profit du relativisme.

Lire la suite...

mardi 13 septembre 2011

Sur la « détresse lamentable des honnêtes gens face aux gens culottés »

Entretien avec Jacques Bouveresse

À l’occasion de l’édition espagnole de son dernier livre sur Karl Kraus, Satire et prophétie, Jacques Bouveresse revient sur quelques thèmes – où les médias tiennent forcément le rôle titre.

Lire la suite...

lundi 27 juin 2011

Poussée de nationalisme philosophique à la rue d’Ulm

Lettre ouverte de Jacques Bouveresse au Nouvel Observateur

Élue professeure au Collège de France, la philosophe Claudine Tiercelin y a présenté le 5 mai dernier sa leçon inaugurale, La Connaissance métaphysique. Son projet s’inscrit dans un large courant international récent, qui développe une approche rationaliste, scientifique et réaliste des questions métaphysiques. Elle s’appuie résolument sur une certaine tradition du rationalisme en France, largement ouverte aux philosophies de langue allemande et anglaise et au style de pensée analytique – tradition incarnée au Collège de France notamment par Jules Vuillemin (1962-1992) et par Jacques Bouveresse (1995-2010).

Lire la suite...

lundi 26 juillet 2010

« Il ne peut être question en aucun cas pour moi d’accepter l’honneur supposé qui m’est fait. »

Lettre de Jacques Bouveresse à Mme Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur

En réaction à l’attribution d’une Légion-d’honneur qu’il n’a jamais demandée, Jacques Bouveresse nous a transmis la lettre (en date du 17 juillet 2010) par laquelle il a refusé cet « honneur ».

Lire la suite...

page 2 de 2 -