éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 27 mai 2019

Les leçons de philosophie du président Trump

L'adresse télévisée du président Trump depuis le bureau ovale à propos de son projet de mur offre sans doute l’occasion de réaliser à quel point il s’avère, peut-être à son corps défendant, un profond philosophe. Ne nous a-t-il pas prévenus qu’il était « un génie très stable » ? Il a, en tout état de cause, le mérite de poser au moins sept questions philosophiques pérennes.

Lire la suite...

jeudi 23 mai 2019

S'il y a une éthique intellectuelle

Pour Pascal Engel, l’éthique intellectuelle n’est ni réductible à l’éthique tout court, ni une simple branche de l’épistémologie : elle définit les normes qui fondent objectivement la correction des croyances. Dans son livre sur Les Vices du savoir, il montre que l’indifférence à l'égard de ces normes – que partagent, à l’échelle planétaire, tant de nos politiques, journalistes et universitaires contemporains – représente la forme la plus aboutie du vice intellectuel. Ce comportement n'est pas qu'un problème d’épistémologie ou de morale : il sape, dans la cité, la possibilité d’une démocratie véritable.

Lire la suite...

jeudi 16 mai 2019

Le constructivisme, ou La philosophie au pouvoir. (II) Isabelle Stengers et la science ventriloque

Comme Bruno Latour [lire « Le constructivisme, I »], Isabelle Stengers assume crânement le défi du constructivisme des faits, récusant globalement la possibilité de la vérité, écartant d’un revers de main son importance ou proclamant que toute vérité est relative. Jean-Jacques Rosat en donne ici un échantillon, particulièrement extravagant : son interprétation de la méthode expérimentale.

Lire la suite...

mercredi 15 mai 2019

L'intellectuel au pouvoir dans « 1984 » (I) Le passé n'existe pas

« Ce qu’il y a de vraiment effrayant dans le totalitarisme, […] c'est qu’il s’attaque au concept de vérité objective. […] La vérité [est] quelque chose qui existe en dehors de nous, quelque chose qu’il faut découvrir et non quelque chose que l’on peut inventer selon les besoins du moment », pensait Orwell. La leçon philosophique et politique de 1984, satire d'une prise du pouvoir par les intellectuels, tient dans le portrait d'un monde où le relativisme est devenu la pensée dominante.

Lire la suite...

mardi 14 mai 2019

La vraie morale ne se moque pas de la morale

On peut faire un intéressant parallèle entre le statut de la vérité dans notre culture et celui de la morale. De la même manière que nous ne croyons plus en la vérité mais ne cessons de la réclamer, comme l'affirme Bernard Williams, nous ne croyons plus à la morale mais ne cessons de la réclamer…

Lire la suite...

mercredi 8 mai 2019

Signification et vérité

Est-ce que la fausseté, la dissimulation, le mensonge, la contre-information, sont moins des obstacles à la démocratie que la production de sens ? La démocratie se préserve-t-elle mieux si elle promeut notre besoin de sens que si elle promeut notre besoin de vérité ? Le second doit-il s’effacer si nous voulons faire advenir, ou simplement maintenir quelques restes, de la première ?

Lire la suite...

mardi 7 mai 2019

Le constructivisme, ou La philosophie au pouvoir. (I) Bruno Latour et Ramsès II

Dans la troisième partie du roman de George Orwell, 1984, O’Brien, le représentant de l’intelligentsia dirigeante, impose à l’homme ordinaire qu’est Winston une succession alternée de séances de tortures et d’entretiens philosophiques, au cours desquels il s’emploie à le débarrasser de son réalisme naïf et à lui inculquer des conceptions nouvelles. De quoi s'agit-il ?

Lire la suite...

jeudi 2 mai 2019

L'âge d'or de la raison est-il révolu ?

L'âge d'or de la raison semble définitivement révolu. Non seulement elle nous apparaît aussi muette que ces hiératiques statues de Minerve qui ornent les palais décatis, mais elle est tenue pour responsable de tous les maux : le scientisme, les méfaits de la technique, le totalitarisme, la Shoah, voire la mondialisation et le colonialisme.

Lire la suite...

lundi 8 avril 2019

L’hostilité à la science est (bien souvent) l'anticapitalisme des imbéciles

On ne peut aimer la science – l’aimer véritablement, non comme un gagne-pain ou un passe-temps, mais comme un idéal et un accomplissement – sans haïr cette ignorance obtuse, fière d’elle-même et qui se pare du costume de la vérité : le préjugé, le dogme, la foi, la superstition.

Lire la suite...

mercredi 3 avril 2019

L'ère de la « post-raison »

Les « fake news » et leurs « faits alternatifs » sont la conséquence d'un abandon de la rationalité. Il faut s'entraîner à l'autodéfense intellectuelle en apprenant à traquer les sophismes et les erreurs de raisonnement.

Lire la suite...

- page 1 de 2