éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Chronique d'Alain Accardo

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 11 janvier 2019

Mythologie scolaire

On sait bien que l'ascenseur social par l’école a toujours été bien grippé. Néanmoins, jusqu’en 2017, toute réforme scolaire affirmait au moins garder pour horizon la démocratisation. Ce n’est désormais plus le cas avec la nouvelle réforme du lycée qui, couplée à l’inepte « Parcoursup », assume d’en revenir au bon vieux temps du tri social : aux classes populaires l’orientation professionnelle précoce, aux élites les meilleures écoles et universités. Jamais les principes fondateurs d’une école publique n’ont été si menacés que depuis que la main invisible du marché dispose de son rond de serviette sous les lustres de la République.

Lire la suite...

lundi 17 décembre 2018

Un certain manque de tenue

Feignant d’avoir trébuché en descendant de leur Jaguar, de jeunes parvenus chinois s’exhibent sur Internet, affalés par terre, près de leur bolide, au milieu d’objets divers qu’ils sont censés avoir perdus dans la chute.

Lire la suite...

vendredi 30 novembre 2018

La violence

Depuis quelque temps le thème de « la violence », faufilant les commentaires médiatiques de l’actualité, tend à se faire plus prégnant et plus angoissé. Signe des temps ? Assurément…

Lire la suite...

jeudi 1 novembre 2018

Ascenseur en panne

En ce lundi 3 septembre 2018, les radios et les télés, comme il est de règle dans un monde de l’information dont l’actualité quotidienne est dictée par l’agenda institutionnel, ne bruissaient que des échos de la rentrée scolaire, reproduisant invariablement les mêmes « éléments de langage » au sujet du dédoublement des classes élémentaires et autres géniales innovations…

Lire la suite...

lundi 1 octobre 2018

Lanternes magiques (Lettre à Robert Redford)

Cher Robert Redford, les gazettes nous ont informés que vous aviez décidé de prendre votre retraite du métier d’acteur de cinéma, que vous avez exercé, avec le bonheur que l’on sait, durant soixante ans, depuis l’âge de 21 ans.

Lire la suite...

dimanche 9 septembre 2018

La Chimère

C’est une idée depuis longtemps reçue dans la vulgate progressiste que si les rapports sociaux de domination (despotisme antique et esclavagisme, féodalité et servage, patriciat et plèbe, bourgeoisie et salariat, etc.) sont restés historiquement si stables et si largement répandus, une des raisons principales en est l’extrême difficulté des populations, du fait même de la domination subie, à acquérir le niveau de conscience nécessaire pour comprendre l’arbitraire de leur situation et leur droit d’y mettre un terme…

Lire la suite...

samedi 9 juin 2018

Marche funèbre

Le macronisme – j’entends par là l’émergence d’un acteur politique et l’ensemble des facteurs plus ou moins contingents qui lui ont permis d’accéder à la tête de l’Etat – bien loin d’être le phénomène original et porteur d’avenir que veulent y voir ses partisans, n’est, somme toute, que l’aboutissement d’un long processus qui était déjà en germe dans l’effondrement sans gloire de la IVe République.…

Lire la suite...

dimanche 6 mai 2018

Crésus, président

L’animateur d’une émission télévisée a lancé à François Hollande : « On a dit que Macron était le “Président des riches”. Qu’en pensez-vous ? »…

Lire la suite...

dimanche 8 avril 2018

Refus de célébration

— Eh bien, ai-je dit à mon vieux collègue Bergeret, les cheminots sont en train de nous faire une bien belle grève, vous devez être content, non, vous qui déploriez la léthargie sociale… On dirait que le pays est en train de se réveiller et de se mobiliser un peu partout. Une espérance nouvelle semble se lever… On croirait assister à une réédition de Mai 68.

Lire la suite...

dimanche 4 mars 2018

L'ivrogne de Spinoza

On se dispenserait volontiers de répéter de tels lieux communs s’ils n’étaient si manifestement ignorés de la plupart des intéressés : quel que soit le degré de liberté réelle que laisse objectivement à chacun le jeu combiné et tout-puissant des lois de la nature et des lois de la société, le sentiment subjectif de liberté qu’on éprouve spontanément dans l’exercice immédiat de ses facultés est, à bien des égards, comparable à celui d’un homme ivre qui, alors que tout le monde voit bien qu’il est sous l’empire de l’alcool, est seul à ne pas se rendre compte qu’il a perdu le contrôle de lui-même.

Lire la suite...

- page 2 de 14 -