éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La chronique d'Alain Accardo

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 10 septembre 2017

Les habits des journalistes

En visite dans une école de Forbach, lors de la rentrée scolaire, Emmanuel Macron, pressé par une meute de journalistes qui l’interrogeaient avec insistance sur sa « stratégie de communication », a eu beau jeu de leur faire remarquer que le sujet du jour et la raison de son déplacement, ce n’était pas la communication de l’Élysée avec les médias, mais le déroulement de la rentrée pour des milliers d’écoliers et leurs familles, et il a enfoncé le clou en ajoutant : « Les journalistes ont un problème. Ils s'intéressent trop à eux-mêmes et pas assez au pays. »

Lire la suite...

dimanche 9 juillet 2017

Vas-y mon bébé

La Lituanie entend faire savoir que si elle a rejoint le « monde libre », c’est-à-dire capitaliste, c’est avec la ferme intention d’apporter sa contribution au progrès de la grande civilisation universelle : celle du Marché.…

Lire la suite...

dimanche 4 juin 2017

Égérie

Romulus, fondateur légendaire et premier roi de Rome, eut pour successeur Numa Pompilius. On pourrait dire de celui-ci qu’il fut l’inventeur de la communication gouvernementale…

Lire la suite...

dimanche 7 mai 2017

Les larmes de Michelet

Dans sa Préface à la réédition de son Histoire de la Révolution, Michelet écrivait : « Les idées d’intérêt, de bien-être, qui ne peuvent manquer en nulle Révolution, en la nôtre pourtant sont restées secondaires. (…) Oui la Révolution fut désintéressée. C’est son côté sublime. (…) Le monde en tressaillit. L’Europe délira. (…) Inoubliables jours ! (…) L’incroyable bonheur de retrouver cela si vivant, si brûlant, après soixante années, m’avait grandi le cœur d’une joie héroïque, et mon papier semblait enivré de mes larmes… »

Lire la suite...

dimanche 9 avril 2017

Homo sum…

Un ami m’écrit : « Vous vous plaignez de devoir trop souvent rabâcher. J’éprouve le même sentiment. Mais cela n’est pas entièrement de notre faute. Nous parlons d’un monde qui est en panne, comme enlisé dans son marécage, sans autre avenir qu’un scénario de science-fiction à la fois terrifiant et grotesque…

Lire la suite...

dimanche 5 mars 2017

Vitesse de libération

— Ne me dites pas que vous aussi vous êtes allé voter à la primaire de la « gauche » socialiste, m’a lancé M. Bergeret d’un ton sévère, ne me dites pas que vous avez pris part à cette mascarade, vous me décevriez beaucoup.

Lire la suite...

dimanche 5 février 2017

Mayday Mayday Mayday, nous coulons !

À son de trompe, on nous annonce la sortie du dernier bouquin de Michel Onfray, au titre éloquent : Décadence. L’auteur, nous dit-on, y reprend un certain nombre de thèmes familiers pour conclure que la civilisation occidentale est en train de sombrer définitivement sous les effets conjugués de la modernité consumériste, de l’exténuation du spiritualisme chrétien, de la montée de l’islam en Europe et de quelques autres facteurs non moins originaux.

Lire la suite...

dimanche 4 décembre 2016

Le rire de Marcello

Bergeret marmonnait en feuilletant son journal. Je lui lançai un regard interrogateur auquel il répondit avec un reste d’agacement dans la voix : « Heureusement qu’il y a aussi des intellectuels intelligents ! Écoutez donc ce qu’a déclaré Badiou au cours d’un entretien avec un journaliste. En réponse à une question sur ‟ce que la vie peut offrir, les raisons pour lesquelles il faut absolument changer le monde”, notre éminent penseur a dit : “Pour cela il faut prendre des risques”. Cette réflexion mérite qu’on s’y arrête un instant…

Lire la suite...

dimanche 6 novembre 2016

Primaires

Un voyageur étranger, qui serait de passage ces jours-ci par chez nous, et qui aurait les grands médias pour seule source d’information sur la vie du pays, serait certainement conduit à croire que le peuple français s’apprête à vivre un événement majeur de son histoire, un moment crucial qui va décider de son avenir pour la suite des temps…

Lire la suite...

dimanche 9 octobre 2016

Racisme social

« Comment se fait-il, ai-je demandé à mon savant ami Bergeret, que nous Français qui, dans les années 1970 encore, avions la réputation d’aimer le genre humain, d’être attentifs au sort des plus pauvres, de lutter contre les inégalités et les discriminations, etc., nous tendions de plus en plus vers des prises de position hostiles aux classes populaires voire expressément racistes ? 

Lire la suite...

- page 2 de 13 -