éditions Agone

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 janvier 2020

Howard Zinn (1922-2010). Retour sur la vie d’un historien et militant

En post-scriptum : « Bibliographie en langue française »

Dans son autobiographie, Howard Zinn (1922-2010) livre la trame individuelle de sa conception de métier d’historien soucieux de remettre les classes populaire, avec leur quotidien et leurs idéaux, à leur place d’acteur principal de l’histoire.

Lire la suite...

lundi 27 janvier 2020

Il y a dix ans, Howard Zinn disparaissait

Le 27 janvier 2010, à Santa Monica (Californie), Howard Zinn, âgé de 87 ans, succombait à une crise cardiaque après une réunion publique, en se rendant à une manifestation. Sa fin aura ressemblé à tout ce qui la précéda.

Lire la suite...

mercredi 22 janvier 2020

Pour une conception anthropocentrique de la nature

« Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend. » Le succès de ce slogan cher aux ZADistes s'inscrit dans un contexte intellectuel marqué par les projets de repenser le rapport nature-culture d'auteurs comme Bruno Latour et Philippe Descola, qui ont en commun de vouloir enterrer Descartes et sa conception de la science destinée à rendre l'homme « comme maître et possesseur de la nature ». Avec pour version la plus radicale, les appels du collapsologue Pablo Servigne à se « réensauvager » comme seule alternative face aux désastres environnementaux, en cours et à venir, causés par le capitalisme…

Lire la suite...

lundi 20 janvier 2020

À propos du « consentement » de Vanessa Springora et de l’affaire Matzneff

L’actualité des premières semaines du mois de janvier 2019 a été largement occupée par l’affaire Gabriel Matzneff, qui fait suite à la publication du témoignage de Vanessa Springora, Le Consentement. Avec cette analyse, Gérard Noiriel revient moins sur ce qui relève, autant d'une affaire de mœurs que du fonctionnement du système éditorial parisien, que des conditions socio-historiques qui ont permis que l'abus sexuels sur mineurs devienne un problème public.

Lire la suite...

lundi 13 janvier 2020

La gratuité contre les eaux tièdes du réformisme

Un thème a ressurgi dans le débat public, qui semblait complètement périmé tant il était dissonant par rapport au consensus idéologique ambiant selon lequel « tout s’achète et tout se vend » au royaume de la marchandise. Vu le degré actuel d’asservissement du système capitaliste à la loi du profit maximum et à la logique de la rentabilité immédiate, dans cet univers monétisé où même « le temps, c’est de l’argent », il semble en effet proprement inconcevable qu’il y ait encore de la gratuité et qu’on puisse encore donner ou recevoir « pour rien » quand tout le monde sait bien qu’« on n’a rien pour rien ».

Lire la suite...

vendredi 3 janvier 2020

Légalité de l’immoralité

En 2009, l’assureur AIG (American International Group), renfloué par le gouvernement américain à coups de centaines de millions de dollars, s’était servi d’une partie de la manne reçue pour payer des primes substantielles à ses dirigeants et cadres supérieurs, ceux-là mêmes qui l’avaient si magistralement précipité dans le gouffre financier, le prétexte à une telle largesse étant que ces primes devaient être versées puisqu’elles étaient expressément prévues par contrat.

Lire la suite...

jeudi 19 décembre 2019

Cette grève avait pour enjeu la défense des acquis sociaux d’une fraction des travailleurs et, à travers eux, de toute une civilisation

Deux ans après les grèves de décembre 1995, Pierre Bourdieu revenait sur l'action politique d'un gouvernement qui, déjà, « sous l’invocation de la nécessité économique » masquait un « retour à une forme modernisée de capitalisme sauvage » cherchant à « démolir l’État social ».

Lire la suite...

mercredi 18 décembre 2019

La nature comme œuvre humaine

Figure scientifique importante du XXesiècle, René Dubos (1901-1982) reste très peu connu en France. Fils d’un couple d’artisans bouchers du Val d’Oise, il part pour les États-Unis peu après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur agronome : une trajectoire socialement si improbable qu’elle mérite d’être soulignée. Dubos mène dans les plus prestigieuses universités américaines une brillante carrière de chercheur en microbiologie, qui fait de lui un des co-découvreurs des antibiotiques. À partir des années 1960, il s’intéresse à l’écologie, tant comme science que comme question politique nouvelle. Il rédige avec l’économiste Barbara Ward (1914-1981) Nous n’avons qu’une seule terre, rapport introductif de la première conférence des Nations-Unies sur l’environnement, tenue à Stockholm en 1972.

Lire la suite...

lundi 16 décembre 2019

La norme et l’énorme

Comme tout un chacun, j’ai depuis longtemps ma petite idée sur ce qui, dans le monde actuel, est normal et sur ce qui ne l’est pas. Invité voilà quelques années à exposer mon point de vue, je cherchais un angle pour aborder mon propos quand l’actualité m'est venue opportunément m’en offrir un : la disparition de Jean-Luc Lagardère.

Lire la suite...

lundi 9 décembre 2019

Les imbéciles et les irresponsables

Le 4 novembre dernier, l’AFP a diffusé la dépêche suivante, immédiatement reprise par l’ensemble des rédactions : « Édouard Philippe a fustigé lundi la “petite bande d'imbéciles et d'irresponsables” qui a pris pour cible samedi des policiers et un chapiteau de cirque lors d'une soirée de violences urbaines à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), condamnées par l'ensemble de la classe politique. »

Lire la suite...

- page 3 de 30 -